9 clichés sur les Fassis qu’il faut oublier un peu… ou pas

Othman El Kabous

Par

Quand vous rencontrez des Fassis vous ne pouvez vous retenir de remarquer les différences sociales qu’ils ont par rapport aux restes des Marocains. Voici quelques faits et clichés sur les Fassis qu’on a pu confirmer… ou pas.

1. Certaines lettres manquent à leur alphabet

« Aji n9ol lik » devient « Aji n2ol lik » ou encore « Tarbouche » devient « Taghbouch ».

2. Ils sont fiers d’être la capitale scientifique

Enfin… ils pensent l’être encore, mais bon.

3. Ils font tous partie de la famille « Uncle Ben’s », ou presque

On parle ici des Benjelloun, Bennani, Benchekroun, Bennouna, Bentahar et compagnie.

4. Les grands patrons, c’est eux

S’ils ne sont pas dans un business, ils sont certainement en politique.

5. Les Fassis sont snobinards

Un peu comme Mme Tazi de Gad El Maleh… beaucoup même. :P
fab

6. Ils sont très fiers de leur équipe locale (MAS)

Si tu leur parles de Botola, prépare-toi à un monologue sur l’exploit de l’équipe locale en 2011.

7. Les Fassiates sont très jolies

8. Les Fassis sont classes tout en restant traditionnels

tenue-homme

9. Ils sont victimes de tellement de clichés et préjugés :P

giphy

Othman El Kabous

Étudiant en économie à l'Université de Rouen, curieux dans l’âme j'aime voyager et découvrir de nouvelles choses. Passionné de sport,de musique électronique et de cinéma. je m'assurerai de partager avec vous les buzz du moment

Les indémodables

10 meilleures réponses à la question : 'Pourquoi es-tu toujours célibataire ?'

Mode d'emploi : Comment énerver un Reali ?

5 raisons pour réussir ses examens de fin d'année

12 phrases que l'on dit avant d'atteindre la trentaine

Quiz : Quel genre d'étudiant es-tu en groupe ?

10 prénoms de filles marocains et leurs significations

Top 7 des prénoms Marocains difficiles à porter à cause d'une chanson

Mawazine : Les 10 personnes que tu vas forcément rencontrer

Pour vous messieurs, 10 bonnes raisons de vous intéresser à la cuisine

Top 5 des activités à pratiquer à Saïdia ce printemps