9 patients que tu croises la nuit aux urgences quand tu es de garde

Kenza Soulaymani

Par

Bosser dans la santé et en plus « urgentiste » c’est le comble du silence et de la quiétude. Le pauvre médecin, noctambule de surcroît, est à la merci de toutes les épaves de la nuits et également de ces personnes, fragiles et allergiques, qui arrivent à piquer leur crise à  l’heure où l’imam appelle à la prière d’Al fajr. Et devinez qui paie les pots cassés ? Le poisseux à la blouse blanche !

Voici 9 patients que tu croises la nuit aux urgences quand tu es de garde :

1. La Rhino-pharyngite

Tout le monde passe par là. On dénombre deux catégories : Ceux qui sont armés avec leur boîte à pharmacie, aucun problème avec eux, un sédatif fera l’affaire jusqu’au matin, et ceux qui, méticuleux et grincheux enjambent toute hésitation et se pointent aux urgences juste pour un petit état fébrile. Ok dira t-on ! Mais déranger un médecin à  » l’heure où blanchie la campagne « , cela devient du cynisme démesuré à l’adresse de tout le système urgencier.

2. L’ivre mort

Le malchanceux est irréprochable. Il n’est pas aux urgences de son propre gré les personnes qui fêtaient avec lui n’ont trouvé mieux que de l’emmener chez l’urgentiste pour cuver son vin.

3. La gamine qui se tortille d’un mal de ventre

Une folle panique. Gyrophare, brancard, les parents ont évoqué une intoxication. Toute une nuée de blouses blanches en ébullition pour que l’on apprenne finalement qu’elle a ses règles !

4. Ceux qui confondent urgences et horaire continue

Se blesser avec le cutter à midi, tenter les premiers soins les heures qui suivent et attendre que ça empire à minuit… Il faut être culotté pour oser voir le médecin de garde ! Et pourtant, ils sont nombreux à le faire.

5. Le blessé à la blessure improbable

Le malade qui certes accourt aux urgences, c’est la seule alternative, mais fichtre ! Perdre l’équilibre sur un levier de vitesse à vouloir passer d’un siège à l’autre. Autant faire médecin de trapézistes, ils ont au moins des filets de sécurité que diable.

6. Le mec qui a une entorse et qui ne s’est lavé qu’un seul pied

« Oui monsieur c’est nécessaire ! Je vous demande encore une fois de bien vouloir enlever l’autre chaussure pour que je puisse comparer les deux chevilles…  »

7. Le mec qui s’est (un peu trop) coupé l’ongle

Déranger à n’importe quelle heure ces bonhommes de la nuit, ils ont en fait leur spécialité ! OK, c’est une urgence mais quelle corvée ! Autant procéder à une amputation.

8. Le type qui a une crise gastrite

Lui, il a faim et il tient à son copieux repas, c’est ainsi ! Rester à jeun pour l’intervention ne l’arrange pas.

9. Le patient qui a horreur de l’attente

Le patient impatient ! On a l’impression qu’il n’est là que pour enquiquiner tout le monde. Apparemment, il est en superbe forme et on se demande même pourquoi il est là !

Kenza Soulaymani

Diplômée en journalisme et communication. Fervente admiratrice de la Grèce antique. Passionnée d'écriture et fouineuse de nature, je saurai dénicher pour vous le meilleur du net.

Les indémodables

15 Avril 2016

18 images pour illustrer les différences de langage au Maroc

7 Avril 2015

12 astuces pour cheveux que toute fille devrait connaître

9 Décembre 2016

12 habitudes à adopter pour être le meilleur chef d'entreprise

19 Décembre 2014

Notre sélection des 10 meilleures boites de nuit du Maroc

8 Mai 2016

Partiels : Tous unis en ces moments durs

27 Mai 2016

14 types de retardataires qu'on connaît tous

31 Octobre 2014

14 signes qui font de toi un ENCGiste de Kénitra

8 Août 2016

17 phrases que les filles rondes en ont marre d'entendre

7 Mai 2015

9 bonnes raisons d'arrêter de fumer

21 Février 2014

6 entretiens d'embauche auxquels il vaut mieux ne pas être candidat

Maroc : Ces enfants veulent aller à l'école, mais ils ne peuvent pas

Dans une vidéo émouvante, Doc Samad raconte son histoire avec le SIDA

YouTube Rewind : Le remake des vidéos les plus populaires de l'année 2016

9 patients que tu croises la nuit aux urgences quand tu es de garde

par Kenza Soulaymani