Ce beau boucher turc est devenu la nouvelle coqueluche du net

Kenza Soulaymani

Par le 11 janvier 2017 à 12:01

Nusret Gökç, un boucher turc vivant entre la Turquie et Dubaï, devient célèbre en l’espace d’un week-end et pour causes, sa façon gracieuse de saler la viande, son physique avantageux et ses manières qui nous font directement penser au Parrain de Francis Ford Coppola.

Rapidement, il fut remarqué par des célébrités comme Bruno Mars et le club NBA des Warriors, chose qui le projette dans la sphère des célébrités. Il troque sa casquette d’inconnu contre celle qui lui vaut désormais le surnom de #SaltBae. En un week-end seulement, Nusret Gökç voit le nombre de ses abonnés monter en flèche. Il compte actuellement plus d’un million de followers.

Ottoman steak 🔪

Une vidéo publiée par nusr_et (@nusr_et) le

Kenza Soulaymani

Diplômée en journalisme et communication. Fervente admiratrice de la Grèce antique. Passionnée d'écriture et fouineuse de nature, je saurai dénicher pour vous le meilleur du net.

Les indémodables

4 Février 2016

Tu sais que tu as grandi en faisant de la danse classique quand...

18 Mai 2016

13 habitudes que tout étudiant développe à la fin du mois

17 Février 2014

10 faits historiques absolument incroyables

24 Mai 2015

9 choses à ne surtout pas faire lors d'un entretien d’embauche

12 Avril 2016

9 choses qui t'arrivent quand tu achètes une nouvelle voiture

8 Octobre 2016

10 choses que tu ne comprendras que si ton/ta meilleur(e) ami(e) est à 36,000 kms de toi

22 Avril 2016

10 techniques de triche rien que pour vous

21 Février 2014

Les selfies ne datent pas d'aujourd'hui

16 Avril 2016

Mode d'emploi : Comment énerver un Marrakchi ?

24 Septembre 2016

Top 10 des pays dont on ne connaît pas le vrai nom

Maroc : Ces enfants veulent aller à l'école, mais ils ne peuvent pas

Dans une vidéo émouvante, Doc Samad raconte son histoire avec le SIDA

YouTube Rewind : Le remake des vidéos les plus populaires de l'année 2016

Ce beau boucher turc est devenu la nouvelle coqueluche du net

par Kenza Soulaymani