Cette blogueuse de 63 ans enflamme Instagram par ses photos

Kenza Soulaymani

Par le 10 janvier 2017 à 16:45

Son nom c’est Lyn Slater, elle a 63 ans et voit déjà grimper sa notoriété sur Instagram. Professeur universitaire, elle a créé son blog dédié à la mode, il y a deux ans, pour y partager ses différents looks et surtout pour lutter contre les standards de beauté.

Tout a commencé le jour où Lyn fut suivie à New York par un paparazzi qui la confondait avec une célébrité. Se prêtant au jeu, Lyn attire d’autres paparazzis présents dans le quartier. Aussitôt, la foule s’est également mise à sa poursuite. « Ils ont tous cru que j’étais une personnalité importante dans la mode alors que j’étais habillée normalement. »

Cet incident fut l’élément déclencheur qui a poussé Lyn à se lancer dans le blogging et la mode et ça lui marche plutôt bien. Découvrez en images ses look les plus déjantés.

NYC Christmas Eve. It’s the best. 🎄🎄🎄

Une photo publiée par Accidental Icon (@iconaccidental) le

Kenza Soulaymani

Diplômée en journalisme et communication. Fervente admiratrice de la Grèce antique. Passionnée d'écriture et fouineuse de nature, je saurai dénicher pour vous le meilleur du net.

Les indémodables

9 mensonges que tu dis souvent à tes parents si tu es étudiant

Les 15 types de filles célibataires

Ces 8 mannequins sont hors du commun

Découvrez les conseils des twittos les plus loufoques pour réussir sa lettre de motivation

Les 7 questions connes qu'il faut arrêter de poser

12 bonnes raisons de tomber amoureuse de 'Andres Ceballos', le chanteur de DVICIO

Ces questions que seuls les insomniaques connaissent

8 astuces pour profiter pleinement d'un festival

Tu sais que tu détestes ton job quand...

Ces 12 types de voisins INSUPPORTABLES

Maroc : Ces enfants veulent aller à l'école, mais ils ne peuvent pas

Dans une vidéo émouvante, Doc Samad raconte son histoire avec le SIDA

YouTube Rewind : Le remake des vidéos les plus populaires de l'année 2016

Cette blogueuse de 63 ans enflamme Instagram par ses photos

par Kenza Soulaymani