Daniel Gate : l’espion irakien s’appelle Salaheddine

Par le 7 août 2013 à 13:35

L’affaire du pédophile Daniel Galvan n’en finit pas de susciter l’intérêt populaire, et ses affirmations à l’audience nationale et au juge espagnol hier soir en disent long sur le passé houleux de cet « homme » .

Le pédophile a été présenté mardi à un juge de l’audience nationale après son arrestation lundi à Torreveija dans les environs d’Alicante en Espagne. Daniel Galvan Fina s’est présenté comme étant Salaheddine, né à Bassora dans le sud de l’Irak le 1er juillet 1950. En 1996, il s’installe provisoirement à Murcie et y décroche un poste de professeur universitaire permanent en 1999. Il acquiert la nationalité espagnole  grâce à son mariage avec une espagnole, dont il divorcera.

Mais le mystère reste complet sur son parcours entre 1999 et 2009,  puisqu’il a déclaré hier qu’il se trouvait en Irak durant l’invasion des Etats-Unis en 2003. Plus loin, Daniel (euh Salaheddine) affirme au juge avoir été détenu dans la prison d’Abou-Ghraib pour une courte durée. Une fois sorti de cette prison, il a «dû quitter le pays pour effectuer un travail dangereux et secret».

Le juge de l’Audience nationale a décidé de placer Galvan en détention préventive au vu d’un important «risque de fuite» car selon lui Galvan ne « dispose pas en Espagne d’un minimum d’enracinement familial, social, économique ou professionnel ». Affaire à suivre !

Source : LaKome

Les indémodables

7 choses que les Marocaines aiment et détestent en même temps chez leurs mecs

15 trucs que tu vis quand tu as la vingtaine mais que tu as 80 ans dans ta tête

Quiz : Êtes-vous un véritable fan de Nass El Ghiwan ?

10 situations où nos smartphones nous ont sauvé la vie

Quiz : À quel point es-tu jaloux/se en amour ?

Les 9 types de filles avec lesquelles il ne faut pas sortir

Attentes VS réalité : Quand tu pars chez le coiffeur

Des repas d'hôpitaux qui vous mettront l'eau à la bouche

13 types de personnes que tu rencontres à la Mo9ata3a

8 types de personnes qu'on rencontre quand on se rend à une 'mou9ata3a'