Des bus roses pour les femmes à Rabat, une solution, tu crois ?

Jihane Rouzaqui

Par le 24 décembre 2017 à 22:05

“Ceci est un article d’opinion. Il n’engage que la responsabilité de son auteur et ne reflète pas l’orientation ou le point de vue du support.”

C’est lors de la clôture de la 15ème campagne nationale contre la violence vis-à-vis des femmes qui s’est tenue le 21 décembre, que Mohamed Sadiki, Maire de Rabat, a annoncé qu’il souhaiterait mettre en circulation des « Bus roses », avec pour ambition : Sensibiliser la population quant aux diverses violences et aux tentatives de harcèlement envers les femmes.

Les avis sont partagés, certains trouvent que c’est une idée qui a du sens, d’autres estiment qu’elle ne fait que nous enfoncer en tant que femmes marocaines.

Après l’engouement général des fontaines maculées de sang pour dénoncer la violence contre les femmes, place aux bus roses. Mais c’est une solution tu crois ?

Vous me direz que ceci ne fait que nous rabaisser, que ce sont les mentalités qui doivent changer. Permettez-moi de vous dire que ce discours devrait prendre fin. Pour que les mentalités changent, il faut d’abord prendre conscience du problème : La femme marocaine n’est pas en sécurité. C’est ta soeur, c’est ta mère, c’est ta cousine, c’est ta nièce, c’est ta femme… Toutes les femmes de ton entourage ne se sentent pas en sécurité. C’est peut-être beaucoup plus le cas dans notre pays, mais c’est aussi le cas partout ailleurs. La criminalité bat son plein, et ce n’est pas la mentalité le problème.

C’est beaucoup plus puissant, car c’est dans la psychologie que cette histoire prend son sens. Mais ne nous perdons pas. Parlons de ces bus roses.

C’est une initiative qui se respecte lorsque l’on prend du recul et que l’on se rend compte que cette histoire part d’un insight puissant, et surtout d’une bonne intention : La femme souffre d’insécurité. Pour dénoncer cette insécurité, des bus roses circuleront dans la ville. Une opération qui à première vue semble totalement banale mais qui prend tout son sens lorsqu’elle agit sur ces dites « mentalités », lorsqu’elle leur fait poser des questions, lorsqu’elle les fait réagir.

Peut-être a-t-elle été mal formulée ? Médiatisée de la mauvaise manière ? 

Une chose est sûre, c’est une initiative qui a le mérite de mettre le doigt sur l’un des sujets les plus communs dans notre société : « Bien que nous soyons une société musulmane censée rendre justice aux opprimés, les sociétés occidentales sont mieux loties dans ce domaine parce qu’elles rejettent la violence contre les femmes et y font face », a déclaré le Wali de Rabat et c’est bien à ce niveau là que cette initiative prend tout son sens.

Nous ne savons pas encore à partir de quand ces bus circuleront dans la ville de Rabat, mais nous avons hâte qu’ils agissent enfin sur un sujet de société qui fâche.

Après le bus magique, place au bus rose. En espérant que cette fois-ci, on ne verra pas ce bus qu’à la TV.

Jihane Rouzaqui

Blogueuse dans l'âme, mais aussi très active sur les réseaux sociaux, je serai votre Super Buzz Woman en toutes circonstances. J’utiliserai ma curiosité à bon escient afin de vous offrir le meilleur du web. Because WELOVEYOU !

Les indémodables

10 phrases qui énervent ceux qui n'ont toujours pas leur permis

8 types de personnes que tu rencontres sur Linkedin

12 phrases que nous avons déjà entendues de nos parents marocains

Ces choses romantiques dans les films qui sont tout à fait bizarres en vrai

Dure la vie d'un 3echa9 mellal, la preuve en 10 points

11 bonnes raisons de ne JAMAIS visiter la Turquie

13 raisons qui font que les filles adorent s'entourer d'amis garçons

Quand nos héros de dessins animés d'enfance deviennent marocains

9 choses à savoir sur le parcours académique de la princesse Lalla Salma

Spectre : 7 raisons d'aller voir le nouveau 007