En Russie, la condamnation des Pussy Riot fait couler beaucoup d’encre

Par le 19 août 2012 à 20:30

Les trois jeunes femmes du groupe punk Pussy Riot Nadejda Tolokonnikova, Ekaterina Samoutsevitch et Maria Aliokhina viennent d’être condamnées à 2 ans de camp chacune pour avoir chanté une « prière » anti-Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou en février dernier.

Le tribunal de Moscow a reconnu coupable les jeunes femmes de ‘hooliganisme » et de « vandalisme motivé par la haine religieuse ». Elles encourraient jusqu’à 7 ans de camp chacune pour ces mêmes motifs.
Cette condamnation est, pour le moins surprenante, quand on sait que la Russie est un Etat laïque selon l’article 14 de sa constitution et que le blasphème n’existe tout simplement pas selon la législation du pays.

L’indépendance de la justice est en cause et un mouvement de solidarité international a vu le jour pour demander la libération immédiate des Pussy Riot. Ainsi, cette condamnation est perçue comme une fuite en avant du pouvoir russe qui a de plus en plus de mal à faire face à une contestation interne qui ne cesse de grandir.

De Washington à Berlin en passant par Paris ou Bruxelles, la condamnation a été dénoncée comme étant « disproportionnée » et un appel à la clémence a été émis.

Même le rigide Patriarcat orthodoxe russe a prôné vendredi soir « la clémence » envers les jeunes femmes, exprimant « l’espoir qu’elles renonceront à toute répétition de ce genre de sacrilège ».

Quelle sera donc la réponse du pouvoir russe qui est plus que jamais sous les feux des projecteurs avec cette condamnation injuste et disproportionnée ?

Une chose est sûre, les Pussy Riot ont montré les limites de la liberté d’expression en Russie avec cet acte symbolique …
Espérons pour elles que le Kremlin reconnaitra son erreur et libérera les jeunes femmes qui n’ont rien à faire dans ces camps pour femmes hérités du Goulag.

 Source : Le Monde  

Jeune étudiant engagé de 21 ans, blogueur et militant associatif. Ghali défend les valeurs de la démocratie, des droits humains et de l’Etat de droit. Il s’occupera de la rubrique politique et aura à coeur de partager avec vous des infos brûlantes de l’actualité politique nationale et internationale. Il rédigera périodiquement des chroniques où il prendra clairement position et qui promettent d’ores et déjà de susciter le débat avec vigueur.

Les indémodables

Comment reconnaître la période des élections communales au Maroc ?

Découverte : Pietro Sedda, l'italien aux tatouages surréalistes

10 avantages de vivre à Casablanca

8 choses que tu t'es dit que t'allais faire à 18 ans mais que tu n'as toujours pas faites

20 phrases que tu te dis quand tu fais le ménage

10 types de grands frères marocains qu'on connaît tous

8 situations que seules les personnes qui font plus jeunes que leur âge connaissent

Ces expériences qu'on ne peut vivre qu'au hammam des femmes

10 prénoms de filles marocains et leurs significations

Tu sais que tu es un(e) grand(e) dormeur(se) quand...