Facebook lance le statut « donneur d’organes »

Par le 9 mai 2012 à 14:37

Le célèbre réseau social « Facebook » profite de sa popularité et de sa capacité d’influence sur ses membres afin d’encourager le don d’organes. Pour ce faire, il vient de mettre en place, en début Mai, un nouveau statut « donner d’organes » sur les profils des Facebookers Américains et Anglais.

En fait, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, était le premier à cocher la case du statut en question et à appeler ses contacts à faire de même. Selon lui, à travers cette initiative, tout le monde peut participer à la prise de conscience de l’importance du don d’organes, qui rencontre une véritable crise aux Etats-Unis.

Les membres de Facebook souhaitant se déclarer ainsi « donneurs d’organes » seront dirigés, via des liens, vers des registres de donneurs d’organes officiels aux côtés desquels ils peuvent s’inscrire. Comme ils peuvent également entrer en contact avec les patients qui subiront une transplantation.

Nous souhaitons toutefois que cet engagement humanitaire de la part du réseau social ne demeure pas limité uniquement aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, mais soit répandu aux quatre coins du monde où il existe également des personnes, d’un nombre effarant, qui décèdent chaque jour faute de greffes dont elles ont besoin.

Jeune juriste de 21 ans et originaire de Salé, Sara Ajmi est étudiante en Master de droit à l’Université Mohammed V de Rabat Agdal.

Les indémodables

Kim Jong-un, ou les 7 exécutions les plus inimaginables de l'Histoire

9 plats délicieux et originaux à essayer cet automne

17 problèmes que seules les filles aux cheveux bouclés connaissent

11 types des fans de Rap que l'on a tous déjà rencontrés

8 astuces pour profiter pleinement d'un festival

Top 10 des Guinness records les plus bizarres

30 choses que tu réalises lorsque tu atteins la trentaine

J'imagine mon Maroc : Et si c'était les femmes qui harcelaient les hommes dans la rue ?

Spécial étudiants : 10 recettes super faciles à moins de 30 DHS

La vie d'adulte, tu l'imaginais comme ça...