Hommage au fervent DJ Mehdi Damir : 4 choses à son propos qui nous ont marqués

Rhita

Par le 1 novembre 2017 à 11:56

C’est avec tristesse que nous apprenons que l’incroyable artiste Mehdi Damir nous a quittés la nuit du Lundi 30 Octobre. À 38 ans seulement, son diabète, arrivé à un stade très avancé et l’ayant cloué dans un fauteuil roulant, a eu raison de lui.

Image associée

Voici 4 choses à retenir de son passage dans nos vies.

1. Il était un battant

Et oui, bien que son diabète soit arrivé à un stade très avancé le clouant dans un fauteuil roulant, il continuait de mixer et de faire vivre à son public des soirées aussi mémorables les unes que les autres. Prenant son mal en patience, il arborait un sourire tellement grand qu’il ne laissait rien transparaître.

2. Le créateur du premier festival marocain de Street-Art, c’était lui

Si les rues de la ville d’Azemmour regorgent de couleurs, de fresques et de graffitis, c’est bien grâce à lui.

3. Son champs ne se limitait pas qu’à la musique électronique

À l’instar de bien d’autres artistes du même milieu, la Soul, le Funk, le Hip Hop et bien d’autres styles aussi différents les uns des autres, faisaient de lui un artiste aux diverses cultures musicales.

4. De grands artistes tels que DJ Van ou encore Louie Vega voyaient en lui un frère

Que son âme repose en paix.

Rhita

Amoureuse de la rédaction depuis mon plus jeune âge, je mets ma plume à votre disposition pour vous apporter le meilleur du net.

Les indémodables

Voici à quoi ressemble la journée d'un jeune Marocain durant Ramadan

Les 10 types de personnes qui animent Snapchat

15 choses qui caractérisent ton pote qui en a marre du célibat, mais qui refuse de l'admettre

15 films 'mindfuck' à voir et à revoir

10 idées originales pour larguer quelqu'un

10 choses à faire pour être un super être humain dans la vie de tous les jours

15 choses qui vont manquer à tout Marocain cet hiver

10 superstitions que tout marocain connait

10 prénoms de garçons marocains et leurs significations

16 types de stages qu'on a tous faits