Le Marocain Adnane Remmal nominé pour le ‘European Inventor Award 2017’

Kenza Soulaymani

Par le 26 avril 2017 à 19:23

Grand changement qui s’opère dans le monde de la santé et ce, grâce à un Marocain.

En effet, il s’agit de Adnane Remmal, un quinquagénaire et professeur de biologie à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès qui vient de mettre un terme à un tracas d’envergure qui, disons-le, inquiète sérieusement l’ONG onusienne (OMS), celui de lutter contre la résistance de bactéries aux antibiotiques.

Le professeur Remmal réussit ce grand pari en puisant dans la médecine traditionnelle et finit par mettre au point un médicament renforçant les antibiotiques avec des huiles essentielles extraites de plantes.

Ses efforts et ses recherches ne passent pas inaperçus, le biologiste chercheur est nominé pour un concours scientifique de taille. Il s’agit du prestigieux « European Inventor Award 2017 ». Eh oui, notre chercheur est en lice dans la catégorie « chercheurs originaires de pays non européens » auprès de grands chercheurs, universitaires et scientifiques et d’autres personnalités du domaine de la science.

Vous l’avez compris, la compétition s’annonce rude, c’est pourquoi votre aide est grandement sollicitée pour concrétiser cette belle initiative. Pour voter, il suffit simplement de faire entrer son adresse mail sur ce lien.

Kenza Soulaymani

Diplômée en journalisme et communication. Fervente admiratrice de la Grèce antique. Passionnée d'écriture et fouineuse de nature, je saurai dénicher pour vous le meilleur du net.

Les indémodables

Pour favoriser l'apprentissage de l'arabe, cet artiste égyptien transforme les mots en dessins

Les mecs à fort caractère sont les plus séduisants, la preuve...

9 destinations festives pour un été entre jeunes

Les 10 photos les plus impressionnantes des 'RichKidsOfMorocco'

Quiz : Es-tu un(e) vrai(e) Marocain(e) ?

10 films à voir (et revoir) entre potes

21 choses qui nous rendent heureux instantanément

Ces 11 friandises marocaines des années 90

5 patisseries italiennes qui ressemblent aux nôtres

11 stéréotypes sur les étudiants en journalisme