L’oreiller d’une adolescente prend feu à cause d’un Samsung S4

Laila Ouazzani

Par le 29 juillet 2014 à 16:13

Nos parents nous l’on toujours dit, il ne faut jamais garder son téléphone sous son oreiller. A l’aube des smartphones il est quasiment impossible de s’endormir ou de se réveiller sans vérifier son téléphone, et Ariel Tolfree, une jeune fille de 13 ans en a payé les frais.

L’adolescente ayant pour habitude de s’endormir avec son téléphone sous son oreiller est reveillée au milieu de la nuit par une odeur de brûlé, ne voyant aucune fumée, elle se rendort pour être ensuite reveillée par de la fumée, et échappe juste à temps à son oreiller qui s’enflamme.

Selon sa famille, le téléphone aurait pri feu à cause d’une batterie – d’une autre marque – nouvellement installée sur le téléphone. Pour faire face à la situation, Samsung lui offre un nouveau lit, en plus d’un nouveau smartphone pour réparer les dégâts. Reste à savoir si la jeune Ariel aura retenu la leçon.

Espérons que ce fait divers nous rappelle de ne jamais laisser nos smartphone dans des endroits ou l’air ne circule pas facilement, comme sous un oreiller, un matelas, ou sur un tissu quelconque.

samsung1

samsung2

Laila Ouazzani

Diplomée en Développement des Ressources Humaines de l’université Al Akhawayn. Grande fan d’Harry Potter, de Mangas, de Japanime et de lecture en général, passionnée d’écriture, de danse, de cuisine, et de voyage. Ce que j’aime par-dessus tout, ce sont les sujets insolites.

Les indémodables

AirPano : Les plus belles vues aériennes de la planète

Bollywood : Les 7 clichés ultimes

10 choses qu’on commence avec enthousiasme et qu’on abandonne très rapidement

6 avant-après de Marocains qui ont fait le buzz sur Youtube

19 différences entre notre génération et celle d'aujourd'hui

Ces 10 mots qu'on utilise toujours et dont le sens d'origine a été perdu

Quiz : Quel type de parent marocain seras-tu ?

15 définitions drôles et honnêtes par 'HipDict'

6 faits et stéréotypes sur les Fassis

12 choses que font les papas purement marocains