fbpx

5 raisons de courir voir West Side Story de Steven Spielberg

Par - 17 réactions

 

Publicité

“West Side Story”, vu et revu ? Certes. La célèbre comédie musicale de Broadway jouée pour la première fois en 1957 vient d’être réadaptée par Steven Spielberg, voici  5 bonnes raisons d’aller voir ce film qui sort bientôt au cinéma.

1) Il s’agit d’une histoire culte

Publicité

Depuis le scénario de Tony Kushner – lauréat du prix Pulitzer -, Steven Spielberg nous offre une nouvelle version tout en restant fidèle à l’époque, aux personnages, et à l’histoire de l’œuvre originale, basée sur le drame shakespearien.

Celle d’une romance impossible dans le New York de 1957, entre la Portoricaine Maria, et Tony, Polonais d’origine. Dès le premier regard, ils tombent éperdument amoureux mais leur idylle est malmenée par le racisme, l’intolérance, et les affrontements entre deux bandes rivales.

2) On a la tête dans les étoiles

Steven Spielberg nous offre une version éblouissante et dynamique, portée par de sublimes clichés et des scènes spectaculaires.

3) Parce qu’on en prend plein les oreilles

«West Side Story» est aussi l’occasion d’en prendre plein les oreilles, les scènes de danse étant rythmées par l’iconique partition de Leonard Bernstein et Stephen Sondheim, arrangée par le compositeur américain David Newman.

Le mambo «The Dance At The Gym», la joyeuse chanson «Gee Officer Krupke», «Maria», «Somewhere», l’exaltante «America»… Grâce à ces titres, a affirmé Steven Spielberg, «on a le sentiment qu’en dépit de toute la tristesse et de toute la laideur, l’amour triomphera toujours».

«Alors n’abandonnez jamais. Voilà pourquoi j’ai voulu raconter cette histoire aujourd’hui. Parce qu’elle parle encore plus fort de notre présent qu’elle ne l’a fait à l’époque», a-t-il ajouté.

4) Parce qu’il y a un beau casting à la clef

Pour interpréter ces rôles titres, le réalisateur multi-oscarisé a fait appel à Ansel Elgort « Baby driver» et «Nos étoiles contraires», et à Rachel Zegler, choisie parmi plus de 30.000 candidates.

On retrouve aussi Ariana DeBose, qui interprète avec brio le fameux rôle d’Anita, la compagne de Bernardo, ainsi que Rita Moreno, l’inoubliable Anita dans la version de 1961, lauréate d’un Oscar. Cette fois, elle incarne Valentina, une version modernisée du gentil pharmacien Doc.

5) Parce qu’il y a un beau message à nous faire passer

West Side Story dénonce la violence (en particulier, la violence des gangs) et prêche pour la tolérance culturelle et raciale. Les interprétations et les productions modernes de la comédie musicale (créée à l’origine pour la scène) citent également la violence armée comme thème qui n’est malheureusement que trop d’actualité aujourd’hui.

L’histoire relate également le sort des immigrants (bien que Porto Rico soit un territoire des États-Unis), les expériences décrites dans l’original de 1961 n’étaient pas nécessairement celles des Portoricains d’aujourd’hui – parce que le compositeur Stephen Sondheim a avoué qu’il n’avait même jamais rencontré une personne portoricaine avant d’écrire les chansons de la comédie musicale.

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

La Babouche, un incontournable pour la femme marocaine

6 moments où nos parents nous ont impressionnés

13 choses que tu fais pour avoir l'air sportif

11 choses que tu comprendras si tu as un mec qui n'est pas vraiment ton mec

13 astuces signées Welovebuzz pour bien réviser votre bac

12 séries qu'on aimera toujours

13 preuves que les années ont commencé à faire leur effet sur toi

Quiz : Quel biscuit marocain es-tu ?

5 choses à dire pour justifier tes notes catastrophiques

Confinement : 10 recettes simples que les marocains doivent essayer