fbpx

8 signes qui prouvent que tu es dans la Friendzone

Par - 321 réactions

Vous l’aimez, vous le/la trouvez beau/belle, vous avez envie de faire quelque chose de « concret » avec lui/elle, mais vous êtes considéré(e) comme un(e) simple AMI(E). La Friendzone est une terrible prison de l’amitié dans laquelle la personne dont vous êtes follement amoureux(se) et dont vous êtes très proche vous a classé(e) à part.

Publicité

Voici donc pour vous une liste de 8 attitudes qui prouvent que vous devrez prendre les choses en main et sortir de la Friendzone.

1. Il/elle vous appelle « khay/khti »

Khay/Khti = GAME OVER !

Publicité

2. Il/elle demande ton avis sur d’autres filles/mecs

Quelqu’un d’intéressé ne parlera JAMAIS d’une autre personne devant vous. Encore moins demander votre avis. Ça ne se fait pas, tout simplement.

3. Vous êtes son journal et il/elle vous dit tout ce qui lui passe par la tête

Vous voulez tout savoir sur la personne sans vraiment TOUT savoir (if you know what I mean) !

4. Pour vous voir, il/elle ne se montre pas tellement présentable

5. Vos compliments ? Il/elle fait semblant de n’avoir rien entendu

Dommage, try again !

6. Cette personne est toujours accompagnée quand vous l’invitez

SUPRIIIIIIIISE.

7. Il/elle fait des deals avec vous : si vous avez 40 ans, vous vous marierez

Une chose est sûre, ça blesse… profondément.

8. Il/elle vous envoie l’emoji coeur bleu, vert, jaune… mais jamais le rouge

Alors, où en êtes-vous ?

Publicité

Les indémodables

13 mots que seuls les vrais chamalis peuvent comprendre

Quiz : Sauras-tu deviner les noms super bizarres de ces plats marocains ?

10 spots où prendre une belle photo à Casablanca

6 raisons pour lesquelles on ne regarde pas les chaînes télévisées marocaines

11 endroits pour un rencard à Casablanca à 0 dirhams

Quiz : Quelle image ont tes parents de toi ?

14 choses pour lesquelles tu appelles toujours tes parents

Quiz : Quel chef marocain es-tu ?

5 phrases cultes de nos grand-mères

8 personnages et histoires dont nous avions peur quand nous étions petits