« Bâtards », le nouveau film documentaire sur le mariage des mineurs au Maroc

Afaf Bouagada

Par le 16 juillet 2014 à 19:26

« Bâtards », un nouveau film documentaire traitant le phénomène des mariages mineurs au Maroc, est sorti Vendredi dernier au Royaume Uni. Le documentaire a été réalisé dans les bidonvilles de Casablanca par l’anglaise Deborah Perkin, qui a passé des années dans cette communauté pour pouvoir comprendre les problèmes des personnages de son film.

Le film raconte l’histoire de Rabha El Haimer, une femme analphabète qui a été contrainte de se marier traditionnellement à l’âge de 14 ans. Deux ans plus tard, elle quitte son mari violent et sa famille après avoir découvert qu’elle était enceinte. Et puisque l’âge minimum légal pour le mariage au Maroc est de 18 ans, sont mariage n’a pas été légalisé. Juste après son accouchement, Rabha devenait rejetée par toute la société, en la regardant comme « Mère célibataire », et sa fille Salma comme « Bâtarde ». Jusqu’à ce jour, Salma se voit refuser les vaccinations et n’est pas autorisée à s’inscrire à l’école.

Dans ce documentaire, la réalisatrice met l’accent sur la stigmatisation et la discrimination des mères célibataires au Maroc et leurs enfants « illégitimes ».

Afaf Bouagada

Rédactrice en chef chez Welovebuzz. Amoureuse de littérature, de sport et d’art en général. Toujours prête à vous dénicher un contenu à la hauteur de vos attentes.

Les indémodables

Mon beau Maroc : Le lac de Lalla Takerkoust, un havre de fraîcheur au pied de l'Atlas

8 monuments marocains resplendissants que vous devriez tous connaître

Tu es un (Vrai) R'bati ? Tu te reconnaîtras sûrement dans ces 10 points

8 endroits où prendre un petit déjeuner à moins de 150 dhs à Rabat

15 moments que tous les fans de mangas ont déjà vécu

Top 16 des passeports les plus puissants au monde

Tu sais que c'est Achoura au Maroc quand...

Cet été encore, pas de vacances... alors on improvise

En Images : Toutes ces fois où Feu Hassan II a prouvé qu'il avait du style

11 raisons pour lesquelles les Marocains préfèrent l'été à l'hiver