Fouzi Lekjaa révèle les raisons du limogeage du sélectionneur Vahid Halilhodzic

Par le 12 août 2022 à 15:32 - 118 réactions

Le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa est revenu, ce vendredi 12 août, sur limogeage de l’entraîneur franco-bosniaque Vahid Halilhodzic et les raisons derrière.

Publicité

Dans une interview publiée par l’agence espagnole EFE, Fouzi Lekjaa a expliqué que le limogeage est dû à la tendance choisie par l’entraîneur franco-bosniaque d’exclure des joueurs importants de la sélection. Le président de la FRMF a parlé de cas de “footballeurs qui avaient joué pendant six ou sept matchs avec la sélection” mais qui “étaient écartés et empêchés” de porter à nouveau le maillot national.

Publicité

Pour Fouzi Lekjaa, Vahid Halilhodzic “manquait d’attention à promouvoir le lien entre les joueurs et leur équipe technique et à les motiver à donner le meilleur d’eux-mêmes, qui est le rôle principal du préparateur”. Et d’ajouter : “Cela a généré un sentiment d’apathie. Dans un contexte fraternel, il a fallu expliquer à Vahid que les Marocains commençaient à se lasser de sa philosophie.”

Pour rappel, la FRMF a annoncé, ce jeudi 11 août, la résiliation à l’amiable du contrat avec Vahid Halilhodzic, signé en août 2019, suite à des “divergences” dans la manière de préparer la sélection marocaine pour le Mondial 2022 prévu au Qatar.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Voici LE guide qui vous aide à décrocher votre place à l'ISCAE

9 trucs et astuces pour avoir un cerveau en pleine forme

Top 7 des blagues à faire à vos collègues de bureau

Quiz : Si tu as plus de 7/10 à ce quiz, tes amis sont chanceux de t'avoir

Vous avez décidé de vous mettre au sport pendant ramadan ? Notre coach vous livre ses astuces

6 endroits que seuls les jeunes Casaouis reconnaîtront

10 signes qu'il n'est qu'un beau parleur

Mehdi Madani, ce jeune bodybuilder marocain qui a battu le cancer avec courage

Découvrez à quoi ressemblait la piscine de Casablanca dans les années 1930

L'histoire de cet ingénieur marocain, emprisonné à tort au Gabon, va vous faire de la peine