Hajar Boudraa, fille d’un agriculteur marocain devient la première juge voilée en Italie

Par le 13 janvier 2023 à 13:25 - 2980 réactions

Hajar Boudraa, marocaine d’origine a grandit en Italie. Après des études universitaires en droit, Hajar est actuellement stagiaire auprès du procureur général au tribunal de Ferona. De père agriculteur, la juge raconte combien fut difficile pour elle de concilier le port du foulard à la vie quotidienne italienne.

Publicité

J’ai peiné, raconte la marocaine qui a décidé le port du voile à l’âge de 13 ans dans un pays européen. Hajar s’est confiée à la presse italienne avec franchise avouant que sa réussite, elle la doit à une poignée de personnes qui ne font aucune distinction, ni de religion ni de race ni de couleur. Pour ces gens là, dit-elle, seuls l’efficacité et le résultat comptent. La personne est jugée pour ses valeurs et Hajar de préciser qu’elle comprend pourquoi le foulard lui a posé des problèmes.

Elle s’est voilée en une periode où l’Occident en général était très réticent sur cette question, et le musulman n’était pas le bienvenu. Malgré les mésaventures qu’elle a enduré, Hajar a pu réussir. Elle est maintenant au sommet de la magistrature grâce à un papa agriculteur, aux moyens limités qui a tout sacrifié pour que ses enfants réussissent et grâce aussi à son milieu professionnel qui ne s’intéresse qu’à la valeur de la personne.

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

10 titres de chansons marocaines qui, traduits en français, ne veulent rien dire

Ces 10 vertus du tajine marocain pour votre santé

9 signes qui prouvent qu'il/elle est quelqu'un de responsable

Photos : Et si on on personnifiait les nuages ?

J'imagine mon Maroc : Et si le système éducatif Marocain était en tête de liste ?

12 choses qui t'arrivent quand tu es accro aux séries

9 trucs et astuces pour avoir un cerveau en pleine forme

Voici comment reconnaître un 'z9ram'

Omar Arojor, cet artiste peintre marocain "incognito" au visage masqué

2020 a été une année éprouvante pour la communauté LGBTQI+ au Maroc, selon le rapport "Loubya fi zamane corona"