Japon: « Necomimi », des oreilles de chat commandées par le cerveau

Par le 28 mai 2012 à 17:01

Les japonais ne cesseront jamais de nous impressionner avec leur volonté inventrice et leur monde créatif « in infitnitum. »

Grands amoureux à la fois des accessoires choux et des gadgets high tech, les nippons viennent de donner naissance récemment à un « joujou » dingue qui n’a pas manqué, d’ailleurs, de faire fureur au Japon: Le « Necomimi », un serre-tête bionique sous forme d’oreilles de chats qui est contrôlable avec le cerveau. Tout comme les chats, au moment de ta concentration, tes oreilles seront remontées vers le haut ; et quand tu es détendu, elles seront penchées vers le bas. Comment ça marche? Le gadget est accompagné de deux capteurs, un pour le front et un autre pour l’oreille. Entre les deux, la différence du potentiel électronique est captée. Dans la vraie vie, ça donne ce résultat :

 

Ce produit est commercialisé par la célèbre entreprise américaine Neurosky, notamment dans le cadre du projet Neurosky, mais puise ses origines dans la culture japonaise.

Le projet précité tend à lancer une ligne d’accessoires et de vêtements contenant des capteurs contrôlés par le cerveau et réagissant selon l’humeur et les sentiments de son porteur.

Jeune juriste de 21 ans et originaire de Salé, Sara Ajmi est étudiante en Master de droit à l’Université Mohammed V de Rabat Agdal.

Les indémodables

13 raisons qui font que les filles adorent s'entourer d'amis garçons

Quiz : Quel(le) bloguer/blogueuse marocain(e) es-tu ?

Quiz : Compose ta pizza et on te dira quel beau-gosse marocain est fait pour toi

18 photos de Tanger qui vous rendront nostalgique de 'La perla del norte'

Voici pourquoi un groupe de trois amis est le meilleur

10 raisons qui nous font aimer Monsieur Jeu de mots

Si tu as regardé 21 de ces 26 dessins animés, tu as grandi au Maroc entre 1990 et 2015

10 films à regarder avec son papa le jour de la fête des pères

Quiz : Quel tagine marocain es-tu ?

Top 5 des pires allergies que l'on ne souhaiterait même pas à son pire ennemi