La NASA s’adonne à l’aide aux devoirs

Par le 1 mars 2014 à 21:09

Lucas Whiteley, un jeune garçon britannique de 4 ans, devait répondre à quelques questions sur l’univers pour un devoir. Pour se faire, il a sollicité l’aide de la NASA dans une vidéo réalisée par son père. James Whiteley a expliqué pourquoi avoir envoyé cette vidéo : « Quand j’étais enfant, j’ai écrit à la NASA et j’ai obtenu une brochure, alors j’ai pensé qu’on pourrait avoir plus de chance en envoyant une vidéo, avec Lucas posant les questions ».

Publicité

Sur cette vidéo, Lucas pose trois questions : Combien y a-t-il d’étoiles dans l’univers ? Quels sont les deuxièmes et troisièmes expéditions spatiales à s’être posées sur la Lune ? Des animaux ont-ils déjà été envoyés sur la Lune ?

Dans une vidéo de 10 minutes, l’ingénieur de la NASA Ted Garbeff répond à chacune des requêtes de l’écolier. Il va même jusqu’à l’inviter à visiter les installations.

Publicité

Lucas n’est pas le premier à recevoir une réponse personnelle de la NASA. L’année dernière, Dexter 7 ans, a écrit une lettre à l’agence spatiale où il exprimait son envie de voler sur Mars. La NASA lui a alors simplement répondu de ne jamais abandonner ce rêve.

Étudiante en école d’architecture, je suis l’actualité de très près. Passionnée par l’art, la politique et les faits sociétaux, je partage mes meilleures trouvailles avec vous.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

7 must-do typiquement marocains spécial Smi9li

Life in the High Atlas : Voyage dans le temps avec Youssef Boudlal

Les 10 chansons qui rendent heureux et c'est prouvé scientifiquement

Top 10 des pistes d'atterrissages les plus effrayantes

Hommage à Dalal Rachid, celle qui n'a jamais arrêté de Smile to fight

5 couscous qui révolteront tout Marocain qui se respecte

12 signes qui prouvent que vous êtes un terrible colocataire

Photos : Réaction des hommes après avoir vu leurs femmes en robe de mariée

8 situations que seuls les grands dépensiers connaissent

Les mecs à fort caractère sont les plus séduisants, la preuve...