fbpx

Le Maroc de Yamat Cyber, c’était ça…

Par

Tu te rappelles du temps où il fallait payer à l’heure pour ouvrir MSN ou télécharger de la musique ? Si la réponse est oui, et ben mon vieux tu fais partie de la génération dorée, et tu as passé tout ton temps au Cyber café du coin.

Publicité

1. Tu payais 10 – 20 dhs l’heure, et tout ton argent de poche y passait

2. Le PC n’avait rien d’autre qu’Internet Explorer et MSN

Pas ce MSN, mais on adore. :D

Publicité

3. Justement, c’est moul Cyber qui a créé ton compte MSN

4. Tu y passais le dimanche soir pour faire la recherche pour l’école, et l’impression, le transparent et la spirale coûtaient une petite fortune

5. Tu te rappelles d’Ares ?

ares.fr.uptodown.com

6. Il y avait Paltalk aussi, mais shut

paltalk.en.softonic.com

7. Mercredi après-midi quand personne n’avait cours, il fallait attendre une heure avant qu’un poste ne se libère

8. Tu étais tellement accro que tu as payé un abonnement mensuel à moul cyber

9. Du coup, Moul Cyber à l’époque était un peu comme ça…

10. Avant Photoshop, tu utilisais Photofiltre

photofiltre.en.softonic.com

11. Tu tombais toujours sur un casque, une Webcam ou un PC défaillant

12. Il y avait toujours 2 chaises par poste : une normale pour toi, et une toute cassée pour le petit frère

13. Et puis un jour ton père a acheté un PC, et tu l’as bien crié partout avant de disparaître du Cyber

Je suis une magicienne des temps modernes. Entre mon métier et ma passion, chaque jour je crée des choses par la seule force de mon esprit.

Publicité

Les indémodables

10 idées originales pour larguer quelqu'un

7 choses qu'on a tous vécues avec les petits taxis marocains

10 boissons hydratantes pour remplacer l'eau cet été

16 types de femmes que tu rencontres au hammam

7 galères de filles qui arrivent forcément avec cette canicule

9 messages de rupture typiquement marocains

10 types de personnes face à la pluie

AirPano : Les plus belles vues aériennes de la planète

7 tatouages qui pourraient vous donner envie d'oser

Mon Beau Maroc : Essaouira, l'âme des artistes