fbpx

Les incubateurs chinois croient de plus en plus à l’innovation entrepreneuriale marocaine

Par le 29 août 2018 à 16:38 - 19 réactions

Six projets d’entreprises sociales à vocation technologique, concernant les secteurs du BTP (Bâtiment et Travaux Publics), de l’agroalimentaire, des énergies renouvelables et relatives aux domaines des services et du digital ont été sélectionnés afin d’être développés en Chine et de tirer parti d’un appui d’investissement, rapporte L’Économiste. Les détails.

Publicité

Agenda-écoles.ma

C’est dans le cadre d’une rencontre d’échange et de Partenariat Maroc-Chine autour de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation mise sur pied par l’association GeeDee International Innovation Center en collaboration avec REVONEEDS Investments et avec le soutien de Dr. Nasser Bouchiba, entrepreneur et enseignant-chercheur à l’Université Sun Yat Sen en Chine, et du centre Bridges To The Future le 11 août dernier à Moulay Yacoub à Fès que la sélection susmentionnée à été mise en place. Il est à noter également que cette dernière s’est faite sur 9 projets.

Les projets participants ont été répartis en 9 projets, dont 8 dans l’étape de prototype et une neuvième start-up dans la phase d’accélération. Les secteurs concernés sont des secteurs rentables dans lesquels la Chine investit depuis cinq années, comme la technologie de la reconnaissance faciale et les applications liées à la transformation des services. – Nasser Bouchiba, membre fondateur de l'Association de Coopération Afrique-Chine pour le Développement (ACACD) à L'Économiste

Bridges To The Future Fès

Conformément, neuf équipes, composées chacune de jeunes entrepreneurs marocains, d’étudiants et de cadres d’entreprise ont eu recours aux pitchs dans le but de présenter leurs entreprises et de mettre en emphase les visions déployées et les perspectives manifestes de leurs projets innovants. Au final, six projets ont pu “se démarquer du lot”.

Publicité

Les entreprises porteuses des projets susdits bénéficieront de maintes formes de support dont la mise en contact avec des partenaires ou investisseurs chinois, des invitations pour étude en Chine, voire des jumelages avec des start-ups analogues basées en Chine ; hormis le montant d’investissement qui vacille entre 200.000 DH et 2 millions de DH, souligne L’Économiste.

Tout compte fait, le Maroc se voit être un vrai terreau fertile à l’égard des autres programmes à venir en étant non seulement dynamique au cœur de l’action entrepreneuriale de la région MENA, mais également un atout révéré vis-à-vis des partenaires économiques à l’international. Les entrepreneurs marocains devancent leurs semblables à l’échelle mondiale par le biais de leur multi-culturalité innée. Dans le même sens, le quotidien économique met en relief la maîtrise des langues de l’arabe, le français et l’anglais « qui rend les entrepreneurs marocains très concurrentiels sur le marché des start-ups et de l’innovation. »

Un potentiel marocain qui suscite tout l’intérêt et qui mérite un éloge appuyé.

Dionysiaque et apollinienne, je suis une éternelle passionnée de littérature, une patriote dans l'âme et un esprit avide de connaissance. Je me ferai un plaisir de cerner votre curiosité en vous associant à mon petit monde, toujours en quête du meilleur pour vous.

Publicité

Les indémodables

Les 5 personnes que tu croises au Hammam marocain

14 phrases à ne jamais dire lors d'un entretien d'embauche au Maroc

17 choses qui t'arrivent forcément quand tu portes des lunettes de vue

16 phrases qui rendent les profs fous de rage

11 plats locaux aux couleurs de leurs pays d'origine

15 endroits où passer le nouvel an 2020 à Rabat

10 types de chauffeurs de taxi marocains

14 questions à ne pas poser à un jeune étudiant

10 choses que l'on fait tous au Mc Do

8 types de personnes qu'on rencontre quand on se rend à une 'mou9ata3a'