fbpx

Oulmès et Centrale Danone essuyent des pertes colossales suite au boycott des Marocains

Par le 22 septembre 2018 à 10:57

Des mois ont passé après le boycott populaire de Centrale Danone, Afriquia et Sidi Ali. Aujourd’hui, Oulmès et Centrale Danone concèdent des pertes colossales. Les premiers ont un résultat net en chute libre (-88%) et les seconds ont perdu 606 millions de dirhams. Ces résultats catastrophiques étaient attendus après le boycott général d’une part importante de la population marocaine, depuis le mois d’avril 2018.

Publicité

quid.ma

Le chiffre d’affaire de Oulmès plafonne à 738 millions dirhams. Soit une baisse de près de 18% par rapport au premier semestre de l’année précédente. Pour sa part, le RNPG (Résultat net part du groupe) est de 9,74 millions de dirhams. Il représente une baisse vertigineuse de près de 88%. Ces résultats catastrophiques s’expliquent par la campagne de boycott ciblant Sidi Ali depuis avril dernier.

Les résultats ont été publiés sur CDG capital bourse. Le média explique que : « A fin juin 2018, les indicateurs opérationnels de la société reflètent l’impact de la campagne de boycott ayant visé la marque Sidi Ali parmi d’autres produits de grande consommation ». Toutefois, Oulmès se défend en rappelant que ses prix n’ont pas bougé depuis l’année 2010.

Publicité

Pas que Oulmès, le boycott a touché également Centrale Danone

Pour ce qui est de Centrale Danone, les pertes sont également des grandes. La firme a perdu 606 millions de dirhams. Son chiffre d’affaire plafonne à 2,61 milliards de dirhams à l’issue du premier semestre 2018, soit une baisse de 19 % par rapport au premier semestre de l’année dernière.

Centrale Danone précise que le lait est le produit dans lequel elle a encaissé le plus de pertes, soit 167 millions de dirhams et une baisse de 28%. Cependant, l’entreprise dit avoir ouvert un dialogue avec les consommateurs et fait le choix de réduire ses marges de 60 centimes par produit vendu afin de proposer un produit moins cher.

Je suis passionné de nutrition et de gastronomie marocaine. Mon combat est de faire reconnaître que les deux sont complémentaires. Je suis également passionné de voyage et de découvertes, mais on dit que la plus belle chose à offrir au monde c'est soi. Alors j'aime les traditions et voue un culte déraisonné pour celles de notre pays.

Publicité

Les indémodables

Ces 10 moments où tu aimerais bien être invisible

11 règles simples pour un ventre plat et svelte

Ces choses romantiques dans les films qui sont tout à fait bizarres en vrai

Dans les coulisses de 10 films cultes des années 90

Les 11 étapes stressantes pour postuler à un stage d'été

18 personnes typiques que tu rencontres à la fac

6 réactions que tu as quand tu vois une carte du Maroc sans son Sahara

11 choses qui prouvent que tu as grandi au Maroc

12 choses qui se passent quand tu postules pour un stage

6 choses qui te passent par la tête quand tu es une fille et que tu décides de voyager