fbpx

Un marchand ambulant ayant la bouche cousue enflamme la toile

Par le 24 mai 2019 à 12:03

C’est LA vidéo qui vient d’enflammer la toile. On y voit un marchant ambulant marocain la bouche cousue, dénonçant une situation dans laquelle il s’était retrouvé…

Publicité

Massivement relayée sur les réseaux sociaux, la vidéo a bien provoqué un tollé. Selon les informations rapportées par plusieurs sources, le marchand ambulant vendant des oeufs qui s’est fait coudre la bouche, dénonce les « agissements » des autorités qui, selon lui, l’auraient empêché « d’une manière injuste » de gagner son pain quotidien, en détruisant son étal d’oeufs, dans la région d’Aourir.

Publicité

“Bonjour mes frères et soeurs, je tiens à ce que vous partagiez cette vidéo. Ce mercredi 15 mai, je voulais gagner mon pain quotidien en vendant des oeufs à Aourir, dans les environs d’Agadir, mais les autorités m’en ont empêché. J’ai, donc, décidé de coudre mes lèvres en signe de protestation contre ces agissements et j’ai besoin  de votre aide et de votre soutien”, peut-on lire sur Facebook. 

Les déclarations du jeune homme qui accompagnaient la vidéo ont provoqué une vague de solidarité sur les réseaux sociaux sans oublier que les internautes appellent les autorités à lui rendre justice.

 

 

 

Journaliste et animatrice de formation, mon métier est ma passion. Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur absolu est les animaux.

Publicité

Les indémodables

Non mon pote, ce n'est pas parce qu'une fille te sourit qu'elle te drague

8 choses insolites qu'on ne trouve qu'au Maroc

8 types de potes qu'on trouve dans chaque clique d'amis marocaine

Comment utiliser la technologie pour organiser un super mariage marocain

Quiz : À quel point es-tu jaloux/se en amour ?

Ces artistes marocains qui cartonnent à l'étranger

12 raisons pour lesquelles le Marocain ne peut pas perdre de poids

8 endroits où organiser une belle soirée d'anniversaire à Casablanca

Playground: Les cours de récréation des écoles à travers le monde

J'adore les chaussures à talons, mais je ne les porte jamais...