fbpx

‘Ya Mraya’, ou quand Hamza El Fadly nous transporte sur une douce mélodie composée par Younes Megri

Par le 4 février 2018 à 17:13

Reprise officielle du titre original « Ya Mraya » sorti en 1974, composé par Younes MEGRI et écrit par le célèbre écrivain et parolier algérien Feu El Hadj SAIM, Hamza EL FADLY nous transporte en musique dans un monde où les émotions fusent.

Publicité

Produite par lui-même, Hamza met en avant, à travers cette chanson, des sonorités actuelles, mélangeant pop, rock ainsi qu’une touche orientale/maghrébine, donnant naissance à un style de chant qui n’est certainement par très commun ! Mêlant angoisse et obsession d’une personne pour son miroir, cette mélodie illustre toute la crainte que nous avons de vieillir et de perdre l’amour de sa vie.

Publicité

Tourné à Marrakech, le clip en noir et blanc installe tout de suite une atmosphère et un univers qui nous plonge instantanément dans la splendeur du texte.

En bref, « Ya Mraya » est cette chanson triste et mélancolique qui connaît un « happy Ending » en mettant en avant la fameuse citation « La vieillesse ne nous protège pas de l’amour, par contre, l’amour nous protège de la vieillesse ».

La rencontre de Hamza El Fadly et Younes Megri…

…pleine d’émotions !

Blogueuse dans l'âme, mais aussi très active sur les réseaux sociaux, je serai votre Super Buzz Woman en toutes circonstances. J’utiliserai ma curiosité à bon escient afin de vous offrir le meilleur du web. Because WELOVEYOU !

Publicité

Les indémodables

Qu'est-ce qui fait de 'L'orange amère' l'un des films préférés des Marocains ?

Quiz : Sais-tu parfaitement parler R'bati ?

10 choses qui montrent que tu as une mémoire de poisson rouge

Les 10 commandements d'un stagiaire marocain

10 noms de voitures VS leurs noms à la marocaine

8 rituels d’une fille marocaine après son retour du boulot

Ecole d'hier et d'aujourd'hui : C'était mieux avant ?

Si tu as fait 13 de ces 19 choses, tu es une terrible soeur

16 bonnes raisons de ne pas sortir en été

10 films à voir (et revoir) entre potes