10 phrases que tu en as marre d’entendre si tu ne manges pas ‘Douara’

Par

Aid Al Adha est la meilleure occasion pour se retrouver en famille, visiter les proches, s’approcher de Dieu, aider les pauvres… mais aussi profiter de la diversité des plats marocains, sauf que ce dernier point est un cauchemar pour d’autres, parce qu’ils ne supportent pas le goût de cette viande ou les plats que l’on fait avec « Douara » (tripes du mouton), chose qui est tout à fait normale puisqu’on est différents, donc nos goûts diffèrent aussi !

Mais nos chers amis marocains ne laissent personne tranquille !

1. La question la plus évidente : « Pourquoi tu ne manges pas ça !? »

2. « Encore une omelette ? Meskiiiiiiine ! »

3. « Mais quel fragile ! allez courage. »

4. « Juste un petit morceau, vas y essaye »

Wa 3ibad lah.

5. « Pourquoi ça te dégoute, mais pas moi »

Parce que tu es un monstre.

6. « Est-ce que les végétariens mangent des œufs ? »

7. « Lorsque tu achèteras ton propre mouton tu vas jeter « Douara » ? »

Je vais te l’offrir, content ?

8. « Vaut mieux épouser une femme qui ne la mange pas aussi, sinon t’es mort »

9. « Tu gâches ta vie mon ami ! Tu dois absolument goûter ça »

10. « Est-ce que tu as un mauvais souvenir d’enfance avec les moutons ? »

Je transporte mon monde partout où je me déplace. Grande rêveuse ! Entre art et ingénierie et pour le plaisir des mots je viens vous partager l’actualité avec beaucoup de créativité ♡

Les indémodables

10 rêves de tout étudiant marocain résident à l'étranger

Et si ces célébrités n'avaient pas de dents ?

13 situations que les filles moins d'1m60 ont déjà vécues en voyage

14 conseils pour réussir son entretien d'embauche

12 anime à absolument voir pour tous les mordus du Manga

Et si on personnifiait nos héros de dessins animés ?

Ces choses qui te passent par la tête quand tu assistes à un mariage marocain

Ces aliments que nous pouvons consommer même périmés

6 façons de rompre avec son mec ou sa copine

Voici comment ce jeune Marocain a réussi à vaincre ses 14 phobies sans avoir recours à un psychiatre