fbpx

À 21 ans, j’ai vécu ma plus grande dépression, et partir chez le Raki m’a traumatisé

Par le 10 juin 2020 à 15:19

Je m’appelle Aya, de Rabat et aujourd’hui je voudrai vous raconter mon histoire avec la dépression.

Publicité

« Je voudrais partager quelque chose de très important avec vous. Ça fait 1 mois ou plus que je souffre de problèmes d’insomnie, que ma tête réfléchit énormément, que mon cerveau enchaîne épisode après épisode, mon humeur changeait 1000 fois par jour, entre les pleurs et les fous rires, j’étais tellement perturbée, je n’arrivais pas à me contrôler.

J’ai vécu énormément de choses en peu de temps que mon cerveau n’arrivait plus à gérer la situation.

Publicité

J’ai commencé par faire des crises légères, j’ai pleuré pour des raisons bêtes et futiles, mais je n’ai pas pris ça au sérieux. J’ai commencé à avoir des hallucinoses ( apparement les hallucinations c’est pour des cas plus sévères ). Bref, 1 mois sans pouvoir fermer l’œil, je ne sais pas comment j’ai pu passé mes exams.  1 mois de larmes sans raison valable. J’ai carrément tout essayé : Sport, tisane, verveine, série, livre etc… Rien n’a fonctionné.

Je suis partie à la clinique, on m’a bourrée de médicaments au point que je pouvais prendre le double de la dose du somnifère et pourtant mes yeux ne se fermaient pas.

Je croyais que c’était la fin pour moi, chaque jour je devais prendre 1000 comprimés et pourtant la situation était toujours la même.

Le 4 juin mon corps m’a complément lâché, je suis partie aux urgences car j’ai perdu conscience puisque je n’arrivais plus à respirer à cause d’une crise d’hysterie, on m’a encore bourré de médoc, mais croyez moi je n’avais pas encore réalisé que c’était des signaux et que je devais prendre un autre chemin.

Des personnes ont proposé à mes parents de passer au côté religieux et de faire appel au raki et c’est à ce moment là où les choses ont pris un autre tournant. On s’attendait à ce que le type lise du Coran mais ça a tourné mal. Finalement,  je me suis retrouvée dans une séance d’exorcisme, il m’a frappé pour faire son spectacle et je porte toujours les marques de son acte atroce qui m’a traumatisée. Une heure de douleurs, une heure de mensonge et de cinéma, une heure de crie et de pleurs, je n’avais jamais pleuré autant que ce jour là et mes parents étaient persuadés que c’était une grosse connerie, mais ils voulaient m’aider à tout prix.

Les jours qui suivaient j’arrivais pas à dormir, j’étais archi traumatisée, j’ai sollicité l’aide de mon amie MiMi qui m’a énormément aidé et j’ai enfin pu, et après 1 mois de douleur et d’angoisse, exprimer ce que je ressentais sans pour autant être jugée.

Louange à Dieu, j’ai commencé des séances avec un psy et j’ai réalisé que j’ai plongé dans une sorte de dépression noire accompagnée par des crises d’angoisse ( car j’ai commencé à avoir des trous de mémoire, à beaucoup pleurer, à changer d’humeur et à se sentir faible et moche etc..) mais aujourd’hui, je vais beaucoup mieux, j’arrive enfin à dormir, certes je change beaucoup d’humeur je ne me contrôle pas forcément et je suis tout le temps épuisée mais Hamdoullah.

À un moment donné, je me sentais tellement moche que je n’arrivais plus à me regarder dans le miroir, je croyais que j’allais bientôt mourir que ma vie allait s’arrêter.

J’avais complément perdu espoir, mais aujourd’hui j’ai donné une promesse à Dieu, à ma famille et à moi même de ne plus jamais laisser quelque chose affecter ma santé mentale

Il faut vivre aujourd’hui sans penser à ce qui va arriver demain, il faut arrêter de trop penser, arrêter de se sous estimer.

Aujourd’hui, je me sens mieux, peut-être que les gens avec qui je parlais ne faisaient pas attention à ce qui se passait réellement dans ma vie. Mes parents, ma famille ont beaucoup souffert avec moi, j’avais envie de mettre fin à tout ça mais je n’y arrivais pas.

Je suis devenue comme une fleur, je faisais l’effort pour s’ouvrir mais sans le vouloir je me refermais sur moi-même et au bout d’un moment je commençais à perdre mes pétales et à devenir sèche sans vie.

J’ai décidé de garder ça pour moi au début, je ne voulais parler à personne, mais le jour où j’ai craqué j’ai appelé mon amie et c’est à ce moment-là où j’ai compris qu’en parlant avec les gens je peux changer les choses, que je pouvais réouvrir une petite porte pour que ma vie retrouve un peu de lumière et peut-être retrouver ma vie normale.

J’ai écris toute ceci pour vous dire qu’il ne faut jamais ignorer les petits signaux. Tu pleures sans arrêt ? Ce n’est pas normal croyez moi. La dépression, les crises d’angoisse, etc, sont comme un cancer qui peut vite prendre le contrôle de ta vie.

Ma famille et mes amis m’ont beaucoup aidée. À mon tour, j’invite toute personne à déballer, vomir ce qu’elle a dans le ventre. Ne perdez pas cette guerre parce que vous êtes forts/fortes, vous êtes beaux/belles et la vie est pleine d’amour et de joie.

J’ai envie de relire ce post une fois que ma santé mentale redevienne comme avant. Voilà c’était mon histoire sans trop de détails J’ai envie de gagner cette guerre et j’ai aussi envie d’aider toute personne qui se sente mal ou qui veut juste parler et s’exprimer. »

Publicité

Les indémodables

10 conseils pour dépasser le complexe du S1 et réussir vos études universitaires au Maroc

Et si les braqueurs de 'La Casa De Papel' étaient Marocains ?

Tu sais que c'est la période des finaux quand...

9 choses qui font le bonheur des amoureux du football

Ces couples qui nous énervent tous

8 genres de profs que vous avez forcement eu

Quiz : Quel est ton degré de chlou7itude ?

Le Maroc d'autrefois : À quoi ressemblait la femme marocaine ?

Quiz : Es-tu un véritable Doukkali ?

Quiz : À quel point es-tu nul(le) en orthographe ?