fbpx

Qui est Nacim Haddad, ce docteur en physique nucléaire devenu chercheur du chant populaire marocain ?

Par

Vivre pleinement sa passion est devenu l’une des priorités de plusieurs jeunes d’aujourd’hui. Tel est le cas du jeune marocain Nacim Haddad, docteur en physique nucléaire, devenu un chercheur du chant populaire marocain et chanteur de Aita

Publicité

View this post on Instagram

Publicité

A post shared by Nacim HADDAD (@nacimhaddad) on

Son nom fait le tour de la toile depuis un temps parce qu’il a bel et bien défrayé la chronique.

Âgé de 31 ans, originaire de Bejaad et né à Rabat, Nacim Haddad est un chercheur et artiste marocain, ayant obtenu un  Baccalauréat en sciences mathématiques, une licence en sciences mathématiques et informatique et par la suite un Master en physique informatique de la faculté des sciences de Rabat.

Le jeune homme ne s’est pas arrêté là …

Nacim a poursuivi ses études doctorales au centre européen pour la recherche nucléaire (CERN), dans lequel il a obtenu son doctorat d’état en physique nucléaire. Il a, par la suite, entamé une carrière de chercheur spécialiste en détecteur de particules à hauteur énergie.

View this post on Instagram

Nuclear Physics Laboratory

A post shared by Nacim HADDAD (@nacimhaddad) on

Toutefois, le jeune homme a décidé de vivre pleinement sa passion pour le chant populaire marocain…

 Nacim s’intéresse à la musique populaire dès son plus jeune âge tout en apprenant les poésies et les chants traditionnels du grand Maroc, ce qui l’a aidé à constituer une base solide pour s’intégrer au monde de la recherche.

Il a, donc, été initié aux subtilités de l’art de l’Aita par les grandes figures de ce chant, un long voyage dans l’univers de la musique traditionnelle marocaine qui a été par la suite gravé dans le film documentaire « Aita..Melody Trip » diffusé sur l’antenne d’AlJazeera Documentaire.

« J’ai toujours été lié au patrimoine culturel marocain, alors j’ai effectué plusieurs recherches sur le chant populaire marocain à citer ( Gnawa, Aita, Hmadcha, Melhoun…), et j’ai donné par conséquent plusieurs conférences, soirées et entre autres des films documentaires pour plusieurs chaînes internationales. » nous a-t-il déclaré.

https://www.instagram.com/p/BrlBJk2A_eX/

Nacim est aujourd’hui chanteur de Aita et chercheur du chant marocain, alors qu’il songe à rejoindre le domaine d’enseignement universitaire marocain, après ne pas avoir renouvelé son contrat avec le centre européen pour la recherche nucléaire à Génève, dont lequel il était membre associé jusqu’à 2017.

« Les deux font partie de moi et je nie pas que cette combinaison assure l’équilibre dans ma vie. Ma passion pour le chant populaire marocain n’a jamais été un obstacle pour continuer mes études. » – Nacim Haddad

Nacim trouve actuellement son plaisir à vivre de sa passion sans favoriser l’un sur l’autre comme il le déclare. Bien qu’il n’ait fait de sa passion, une profession, le jeune homme indique ne jamais renier cet esprit scientifique qui le guide à faire ses choix artistiques.

Et ce n’est pas tout…

Il a même créé en 2007 le groupe Hbab El Ghiwane  afin de préserver un patrimoine culturel en voie de disparition.

« C’est à partir du répertoire ghiwani que j’ai commencé à percé l’univers du chant populaire marocain. Par la suite, je me suis lancé dans l’univers de l’Aita comme praticien et chanteur après une invitation à l’émission « Noujoum Al Aoula » où le public marocain m’est connu comme un chanteur de l’Aita. » a-t-il indiqué.

Toutefois, bien qu’il ne soit encouragé par sa famille ainsi que son entourage, le jeune homme fait toujours face aux exigences du public marocain qui a été, selon lui, déçu par plusieurs praticiens du chant chaâbi suite à des actes répréhensibles.

« Je trouve, tout de même, beaucoup de soutien de ce public accroché à son identité culturelle à condition de respecter son goût artistique élevé. » – Nacim Haddad

Mais le jeune homme souffre également des contraintes qui résident, selon lui, dans cette image marginalisée associée aux artistes du chaâbi.

« Le public a toujours été heurté à une image Stéréotypée dont la plupart des artistes ont contribué à constituer. L’artiste est un ambassadeur de la patrie, il est de son devoir d’acquérir un niveau d’éducation digne de son poids social et non pas le contraire. »

Nacim dont le but est de prouver qu’on peut combiner la science et l’art, ce qui constitue son identité ainsi qu’un équilibre pour son esprit, est actuellement en tournée de son nouvel et premier album. Cet album est inspiré de chant des femmes.

« L’idée est de percer les subtilités de ce chant restreint à la mémoire féministe et de le présenter au grand public tout en adoptant les règles musicales de l’Aita. La sortie officielle de l’album est prévue après le Ramadan. »a-t-il annoncé.

Le jeune homme ne manque pas d’encourager tous les jeunes à poursuivre leurs rêves avec une foi inébranlable en eux-mêmes et  les autres.

« Grâce à leurs idées et leur passion ils sont capables de changer le monde. C’est aussi un moyen d’aplanir tous les obstacles auxquels ils seront exposés, mais sans dénier le pouvoir de l’éducation et la science. Ma règle de gloire reste toujours: « Poursuivre ton rêve mais s’en tenir à tes études!! » – Nacim Haddad

Journaliste et animatrice de formation, mon métier est ma passion. Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur absolu est les animaux.

Publicité

Les indémodables

Envie d'inspiration pour votre nouvelle demeure ?

Tu es un marocain étudiant à l'étranger quand...

Ces 5 produits que vous serez surpris de découvrir

10 réponses possibles à la phrase 'Imta nfer7o bik ?'

13 produits que les Marocains adorent et consomment à volonté

7 erreurs à ne pas commettre lors d'un premier rendez-vous

15 illustrations qui décrivent parfaitement la vie des amoureux du sommeil

Les célébrations de l'indépendance dans le monde

17 phrases que toute fille marocaine a déjà entendues de sa mère

10 situations que tu connais si ton/ta partenaire est fan de Game of Thrones