fbpx

Voici les 5 métiers les plus dangereux au monde

Par

« Ouf, je déteste les lundis. » est une phrase que l’on entend souvent lundi matin, répétée par notre voisin de bureau, se plaignant de devoir se réveiller et venir travailler après un weekend festif. Pourtant, nos collègues doivent s’estimer heureux de pouvoir rentrer à la maison sains et saufs… Car dans la vie, il y a toujours pire comme boulot. En voici cinq exemples.

Publicité

  1. Policier au Mexique

C’est bien connu, la criminalité au Mexique est extrêmement élevée, principalement à cause de la guerre entre les narcotrafiquants. On y compterait, à peu près, 75 meurtres par jour, dont 98% restent impunis. Bien entendu, comme dans les films, les boucs-émissaires des trafiquants de drogue sont les policiers; figures représentant l’Etat.

Publicité

2. Correspondant de guerre en Syrie

Choisir d’être journaliste-repoter en Syrie, c’est pratiquement être suicidaire. Au meilleur des cas, il y a de grandes chances que vous finissiez assassiné. Au pire des cas, vous êtes capturé, puis torturé pendant des jours, avant de disparaître sans que personne ne sache ce qu’il vous est arrivé.  La presse dérange non seulement le régime, mais aussi certains groupes de l’opposition, ce qui explique que les journalistes soient devenus leur bête noire.

3. Pilote de ligne en Russie

En 2011 a eu lieu un crash d’avion tragique près de Moscou. L’accident avait coûté la vie à 44 passagers, pour la quasi-totalité des joueurs de l’équipe de hockey de Iaroslavl, dont 5 joueurs étrangers et l’ancien champion olympique suédois Stefan Liv. Cette année-là, la Russie a reçu la triste palme du pays où il y a le plus de risques de mourir dans un crash aérien. Entre matériel désuet, climat capricieux, manque de formation, erreurs de pilotage… Prendre l’avion en Russie est en effet déconseillé.

4. Conducteur de bus à Guatemala City

On en parlait plus haut, le Mexique est un pays dangereux. Figurez-vous qu’au Guatemala, le taux d’homicide volontaire est 4 fois plus élevé qu’au Mexique. Ce sont les pauvres chauffeurs de bus qui subissent le plus un triste sort, lorsqu’un gang mafieux décide de les arrêter à un feu rouge ou au beau milieu de la route. Ces dernières années, plus de 900 chauffeurs de bus ont ainsi été assassinés.

5. Mineur en Chine

Le problème des mineurs surexploités en Chine date d’il y a très longtemps. Bien que les statistiques officielles montrent une baisse, le nombre de travailleurs perdant la vie dans les mines reste très élevé. Obligés de travailler dans des conditions très dures. Entre explosions, éboulements, inondations, asphyxie, les mineurs chinois ont été 1384 à perdre la vie en 2012 (contre 1973 en 2011). Ceci est sans compter les mines illégales dont les chiffres ne sont pas comptabilisés dans les statistiques nationales.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

12 habitudes ramadanesques qu'on adopte dès le premier jour

12 photos d'hommes musclés qui ont oublié de travailler leurs jambes

J'imagine mon Maroc : Et si les marocains étaient le peuple le plus heureux du monde?

Quand les marocains parlent aux marques sur les réseaux sociaux

15 définitions drôles et honnêtes par 'HipDict'

5 jeux auxquels tout Marocain avait joué durant son enfance avec un dirham seulement*

Spectre : 7 raisons d'aller voir le nouveau 007

Photos : Top 7 des fêtes de mariage les plus originales

8 choses pour lesquelles on ne devrait pas stresser après 20 ans

Le top 8 des métiers qui ne lâchent pas leurs téléphones au Maroc