Le scandale du réseau social LinkedIn

Par le 7 juin 2012 à 10:00

Installer des application iOS ne nous permet pas contrôler pleinement le flux d’informations qu’on voudrait voir être partagées depuis nos mobiles. Pourtant, certains géants n’hésitent pas à collecter des informations personnelles à votre insu. Et c’est le cas de LinkedIn.

Le réseau social professionnel synchronise, ainsi, les données de votre calendrier pour les « matcher » avec leur base de données et vous proposer de nouvelles connexions. Toutefois, cette option, qui peut paraître à priori banale, peut être désactivée dans l’application.

Mais le problème ne s’arrête pas là. LinkedIn emmagasine ces informations dans ses serveurs (des informations qui peuvent parfois être confidentielles) et ne prend même pas la peine de les encrypter. Les informations restent en, ce qu’on appelle, « plain text » et sont vulnérables à une potentielle attaque.

Hier matin, LinkedIn ont eu une mauvaise surprise en découvrant que plus de 6.5 millions de mots de passe de leurs clients ont été hackés. Ces mots de passe, encore encryptés et donc inaccessibles pour l’instant, ont été postés sur un site de Hack russe appelant à une aide de la part de la communauté pour décrypter les données récupérées des serveurs LinkedIn.

Ce type de scandales remet encore une fois en question la sécurité informatique des données personnelles.  Peut-on vraiment faire confiance à ces géants qui nous « invitent à nous connecter » ?

Les indémodables

11 expressions marocaines incroyablement sexistes mais qu'on trouve normales

10 prénoms de filles marocains et leurs significations

13 manières de faire comprendre à quelqu'un que tu t'en fous de ce qu'il/elle te dit

Les 16 endroits les plus inouïs de la planète

10 bonnes raisons de commencer Narcos

20 choses qu'une fille doit faire avant de mourir

7 situations que seules les personnes avec des parents marocains stricts ont déjà connues

Les 10 maisons les plus luxueuses en Chine

19 trucs à faire quand tu te sens seul(e)

Mon beau Maroc : Ouirgane, la perle de l'Atlas