Daniel Gate : l’espion irakien s’appelle Salaheddine

Par le 7 août 2013 à 13:35

L’affaire du pédophile Daniel Galvan n’en finit pas de susciter l’intérêt populaire, et ses affirmations à l’audience nationale et au juge espagnol hier soir en disent long sur le passé houleux de cet « homme » .

Le pédophile a été présenté mardi à un juge de l’audience nationale après son arrestation lundi à Torreveija dans les environs d’Alicante en Espagne. Daniel Galvan Fina s’est présenté comme étant Salaheddine, né à Bassora dans le sud de l’Irak le 1er juillet 1950. En 1996, il s’installe provisoirement à Murcie et y décroche un poste de professeur universitaire permanent en 1999. Il acquiert la nationalité espagnole  grâce à son mariage avec une espagnole, dont il divorcera.

Mais le mystère reste complet sur son parcours entre 1999 et 2009,  puisqu’il a déclaré hier qu’il se trouvait en Irak durant l’invasion des Etats-Unis en 2003. Plus loin, Daniel (euh Salaheddine) affirme au juge avoir été détenu dans la prison d’Abou-Ghraib pour une courte durée. Une fois sorti de cette prison, il a «dû quitter le pays pour effectuer un travail dangereux et secret».

Le juge de l’Audience nationale a décidé de placer Galvan en détention préventive au vu d’un important «risque de fuite» car selon lui Galvan ne « dispose pas en Espagne d’un minimum d’enracinement familial, social, économique ou professionnel ». Affaire à suivre !

Source : LaKome

Les indémodables

Reconnaîtriez-vous l'hymne national Marocain s'il était en français ?

10 avantages de vivre à Casablanca

10 choses à ne surtout pas dire à sa moitié

Tu sais que t'as été élevé dans une famille d'avocats quand...

Ces plaisirs de la vie quotidienne qui nous aident à résister

13 images qui nous rappellent la belle époque

11 genres de profs que tu as forcement eu à l'école

8 raisons qui font que le Marocain n’est pas prêt de quitter le cocon familial

Photos : Costa Rica, ou le 'Paradis sur Terre'

6 choses qu’on reproche aux Tangeaouis