fbpx

Les marocains mangent mal et ne sont pas assez sportifs

Par le 24 mai 2019 à 13:31

Les marocains figurent dans une nouvelle enquête… Selon une étude récemment réalisée, ils mangent mal et ne pratiquent pas assez de sport.

Publicité

Selon les informations rapportées par Le 360 qui cite le ministère de la Santé et l’Organisation Mondiale qui viennent d’effectuer une « enquête épidémiologique de prévalence des facteurs de risque des maladies non transmissibles », près de 80% des Marocains mangent mal et ne bougent pas assez. 

Publicité

Les habitudes de consommation des Marocains sont, d’ailleurs, bien pointés du doigt dans cette étude. 76% des Marocains consomment « moins de 5 fruits et légumes par jour » sans oublier que 15% des citoyens « ajoutent du sel avant ou pendant les repas. »

Selon la même étude, les marocains ne consomment le poisson que de 1,6 jour par semaine, alors que les viandes rouges ou blanches sont consommées 4,2 jours par semaine.

Notons également qu’ils consomment les produits laitiers 4 jours par semaine et les boissons gazeuses ainsi que les jus de fruits commerciaux en moyenne 1 jour par semaine et prennent 4 repas par semaine à l’extérieur.

Et ce n’est pas tout… 

84,7% des marocains parmi les 6.100 personnes ayant participé à l’enquête ne pratiquent pas de sport.

 

 

Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Spectre : 7 raisons d'aller voir le nouveau 007

10 paysages paradisiaques à visiter au Maroc cet été

10 choses que tu vis quand tu es invitée à un mariage

10 recettes faciles à moins de 30 DHS pour les étudiants

10 utilisations insolites du dentifrice

Top 15 des excuses qu'on s'invente pour ne pas aller faire du sport

Résultat garanti: 6 exercices physiques à faire chez soi, sans matériel

13 raisons pour lesquelles les Marocains choisissent la Thaïlande comme destination de voyage

10 mauvaises habitudes à bannir durant le mois de Ramadan

Vidéo : Voici l’histoire du migrant qui était en pleurs dans les bras d'une bénévole de la croix rousse