Quand un lycée incite ses mauvais élèves à démissionner

Par le 9 octobre 2012 à 12:30 - 17 réactions

Au lycée Edmond–Rostand dans le Val d’Oise, l’établissement exige à l’inscription de ses élèves qu’ils rédigent une lettre de démission, en cas d’éventuelle défaillance au cours de l’année. La lettre, ainsi conservée tout au long de l’année scolaire par l’établissement, peut être sortie à n’importe quel moment, au cas où les élèves se montreraient défaillants dans le cadre de leur scolarité.

Publicité

Cette roulette russe « pédagogique » est justifiée par le fait que l’établissement voudrait conserver un bon niveau au sein de ses classes évitant ainsi tout échec. Cela est d’ailleurs source de colère chez les parents d’élèves qui dénoncent le stress permanent infligé par cette pratique atypique et illégale.

Alors l’école tu l’aimes ou tu la quittes ? Au Val d’Oise, on t’aime ou tu la quittes.

Publicité

Etudiante en expertise comptable, Lina CHEQROUNI est une férue d’économie et de politique européenne. C’est au lycée qu’elle tombe amoureuse du monde de l’actualité et du journalisme en participant à la semaine de la presse et des médias. Traitant les sujets d’actualité allant des plus insolites aux plus sérieux, ses articles portent sa signature avec un jeu de mot final, apportant une touche décalée et humoristique à l’information.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

6 profils marocains très suivis sur Instagram pour aucune raison, la suite

Voici les 4 meilleures universités marocaines au niveau maghrébin

15 techniques de séduction innovantes adoptées par le Marocain

11 résolutions qu'on s'est tous promis de prendre en fin d'année et qu'on n'a jamais prises

30 choses que tu réalises lorsque tu atteins la trentaine

12 choses que tu fais pour prouver ton amour à ton smartphone

Les 18 parcs aquatiques les plus amusants au monde

20 galères que tout insomniaque a déjà vécu

12 choses qui se passent quand ton binôme de stage est aussi ton meilleur pote

5 versets qui prouvent qu'Islam ne rime pas avec terreur