Au Japon, on peut emporter des vêtements chez soi sans les payer

Par le 25 juin 2014 à 23:55

G.U, une marque de vêtements Japonaise, propose à ses clients de quitter le magasin pour « essayer » leurs vêtements dans leur quotidien. En effet, il est possible de quitter le magasin sans payer, porter ses vêtements pour s’assurer d’en être satisfait puis payer par la suite.

Publicité

Le but est d’éviter le fait que les clients reviennent au magasin pour rendre le vêtement et se faire rembourser, ce qui fait perdre beaucoup de temps et d’argent.

Cette initiative n’est pas une invention de la marque, mais est inspirée des ventes en lignes, qui permettent aux consommateurs quelques jours pour s’assurer de leurs achats en essayant les différents produits commandées, et notamment les lunettes.

Publicité

Il reste un risque cependant à adapter cette stratégie sur des points de ventes, mais G.U se lance ce défie et tente le coup, gagnant facilement de la publicité en offrant cette possibilité à sa clientèle, qui par la force des choses en parlera autour d’elle et attirera de plus en plus de consommateurs.

Diplomée en Développement des Ressources Humaines de l’université Al Akhawayn. Grande fan d’Harry Potter, de Mangas, de Japanime et de lecture en général, passionnée d’écriture, de danse, de cuisine, et de voyage. Ce que j’aime par-dessus tout, ce sont les sujets insolites.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Les acteurs de Games Of Thrones en mode Avant/Après

13 fois où Fast and Furious nous a marqués depuis l'enfance

7 types de frères et soeurs que chacun de nous pourrait avoir

14 choses qui t'arrivent quand tu vas chez le médecin au Maroc

10 réalités que toute personne qui a déjà vécu à l'étranger connaît

Tu penses être imbattable en culture générale ? Réponds à ce quiz

On a testé pour vous : Wayback Burgers de Casablanca

Ces sublimes riads vous offrent la possibilité de vous loger à moins de 200 dh/nuit à Essaouira

J'ai décidé de voir 'Mais encore ?' sur 2M et voilà ce que j'en pense

Mehdi Ben Barka, un espion selon les renseignements tchèques ?