Basket-Ball : Un Club à Youssoufia adresse une lettre à la Coréen

Par le 26 décembre 2021 à 11:17

Le Club Atlantique Youssoufia de Rabat a adressé il y a quelques jours, une lettre en Coréen à la Fédération royale marocaine de Basketball, pour protester contre l’adoption de la langue française au lieu de la langue arabe comme seul moyen de communication. Rapporte Yabiladi.

Publicité

L’équipe a déclaré dans un article sur sa page Facebook : « L’utilisation de la langue étrangère doit être ouverte. L’ouverture doit être à 360 degrés. Et pas sous un angle ouvert à la seule France ».

Il a expliqué que cette démarche vient « attirer l’attention de l’opinion publique nationale sur le fait que la langue arabe est commune à tous les Marocains, et c’est la langue constitutionnelle que diverses institutions de l’Etat sont tenues d’utiliser dans tout ce qui touche aux mesures administratives ».

Publicité

L’équipe a ajouté que « la question dépasse la dialectique de la langue pour aller vers quelque chose de plus profond, car cette université s’appuie sur des lois françaises qui sont transférées telles qu’elles doivent être appliquées aux clubs marocains qui n’ont pas les mêmes capacités que leurs homologues français ».

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Ismael El Iraki : « Un film c’est la force d’un groupe »

Si tu as plus de 7/10 à ce test, tu es un vrai barçaoui

6 caractéristiques qui font du Capricorne un être admirable

Quiz : Quel joueur de l'équipe nationale es-tu ?

7 différents types de petites amies qui existent réellement

Top 7 des métiers que vos parents marocains ne comprendront jamais

25 signes qui font de toi un fan de foot

10 couples marocains mythiques

Le Cartel : 4 choses à savoir sur la marque branchée et engagée

Ces dessins poignants déconstruisent les tares toxiques de la société marocaine