Des balles couvertes de porc dans un projet anti-djihaddiste

Par le 29 juin 2013 à 17:41

La compagnie américaine South Fork Industries a eu l’idée de créer des munitions qui seraient couvertes de peintures faites de porc. Cette initiative débile vise les djihadistes, car selon la compagnie, c’est une bonne méthode dissuasive, dont le fonctionnement repose sur le fait que cela bloquerait l’accès au paradis des cibles.

jihawg-ammo

Être touché par cette balle qu’ils appellent Ammo Jihawg serait donc comme une peine seconde après la mort. Théorie que réfute le professeur adjoint de sciences religieuses Shannon Dunn, puisqu’elle affirme dans le Washington Post, que les musulmans ne sont pas privés de paradis pour avoir mangé ou avoir été touchés par du porc si cela se fait contre leur gré, et certains exégètes suggèrent même que les musulmans devraient manger du porc plutôt que de mourir de faim si cela s’avérait être leur seule alternative.

Jihawg-Ammunition-9mm-Ammo

Pour le professeur, l’initiative de South Fork ne s’est donc forgée que d’une mauvaise interprétation du Coran. Néanmoins, la compagnie reste fière de penser que ça fera réfléchir les terroristes avant qu’ils ne lancent une attaque, leurs « balles au porc » sont mises en vente sur leur site, avec pour slogan « la paix par le porc », et enfin, certains de leurs fans vont jusqu’à espérer que ces munitions seront introduites clandestinement dans les bases américaines.

Une initiative des plus débiles finalement… Qu’en pensez-vous ?

Les indémodables

20 types de profils marocains qu'on a tous vus sur Facebook

Ou comment transformer des gribouillis en oeuvres d'art

7 bonnes raisons de sortir avec un financier

7 Preuves indiscutables que Donald Trump est un Targaryen

6 choses que vous ignoriez sur l'été

19 choses que seule une fille avec un meilleur ami mec comprendra

Quiz : À quel point es-tu économe ou dépensier(ère) ?

The Walking Dead : 12 choses que vous ignorez probablement sur la série

10 pochettes d'albums réinventées dans un univers de culture pop

Le chauffeur de taxi 100% casaoui décrypté en 17 points