fbpx

Des individus dévissent les pneus de la voiture de Mohsine Moutouali

Par le 10 février 2020 à 18:09 - 641 réactions

Le joueur marocain Mohsine Moutouali l’a échappé belle et le dérapage de quelques personnes pouvait lui coûter la vie ! Selon les informations rapportées sur les réseaux sociaux, le capitaine du Raja a été victime d’un acte d’incivisme et inconcevable alors qu’il sortait du cabinet du médecin du club suite à une blessure musculaire.

Publicité

Alors qu’il était à bord de sa voiture, il a été victime de dérapages dangereux, apercevant que les pneus de son véhicule étaient dévissés.

Publicité

Mais qui aurait pu commettre un tel acte à l’encontre du joueur des verts ?

 

 

La violence dans le football va-t-elle franchir un nouveau cap ? Victime d’une blessure musculaire dimanche 9 février face au Mouloudia d’Alger pour le compte du quart de finale retour de la Coupe Mohammed VI des clubs champions, Mohcine Moutouali, capitaine du Raja, a eu une malheureuse surprise en sortant du cabinet du médecin du club.

Après avoir pris le volant, sa voiture a fait plusieurs dérapages dangereux. Après vérification, il s’est avéré que ses pneus étaient complètement dévissés. Les badauds du quartier Derb Sultan, fief du club vert et d’où est originaire le joueur, ont alors accouru afin de lui porter assistance.

Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

6 cadeaux que vous pouvez offrir à toute la famille pour le Nouvel An

8 signes qui prouvent que tu super 'men7ouss'

Les 11 étapes stressantes pour postuler à un stage d'été

Et si le Raja et le Wydad ne faisaient plus qu'un ? Pour ou contre ?

12 preuves que le français est une langue complexe

Les revenus passifs ou comment gagner de l'argent en dormant !

9 choses que Harry Potter a piquées au Seigneur des Anneaux

6 profils marocains très suivis sur Instagram pour aucune raison, la suite

L'histoire derrière les couleurs des objets de la vie quotidienne

Dans les années 1800, on prenait les photos de famille avec les morts