fbpx

Hicham Lasri remporte 3 prix au Festival du Film d’El Gouna

Par le 22 octobre 2021 à 8:13

Le plus graphique et décalé des cinéastes marocains vient de rafler 3 prix au Festival du Film d’El Gouna en Egypte. Trois prix au CinéGouna Plateforme développement pour « Happy Lovers », un film qui promet déjà de belles surprises. 

Publicité

Lamia Chraibi (Productrice) et Hicham Lasri

Ecrivain prolifique , réalisateur acharné, scénariste hyperactif, Hicham Lasri jongle toujours entre plusieurs projets entre des films, des romans ou des BD. Après des oeuvres phares comme The End (2011), Starve Your Dog (2015) ou encore Headbang Lullaby (2017), le réalisateur promet un nouveau tournant dans son cinéma. Et ainsi soit-il. Le film qui vient de rafler les prix en Egypte est plus maintream et va se tourner en France . « Happy Lovers » est une comédie sombre comme aime à le rappeler Hicham Lasri, qui se passera dans les années 90 .

Changement radical ?

The End, 2011

Dieu soit loué, pas vraiment. L’histoire est tout de même cynique et on semble retrouver l’absurdité chère à Lasri puisqu’il raconte l’histoire d’un écrivain fauché qui tue un auteur connu selon une fatwa et en échange d’un pactole qui l’aidera à sauver femme et enfant d’une misère absolue. « Au lieu de faire du cinéma funk, je vais me contenter de faire du cinéma » a-t-il avoué à Screen Daily… A la bonne heure ? On verra !

Publicité

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

6 ingrédients pour réussir la création de votre entreprise

13 types d'étudiants qu'on trouve dans une classe d'ingénieurs en informatique

10 toilettes originales qui vous donneront bien envie d'uriner

Mon beau Maroc : Salé, berceau de civilisations millénaires

3 animés à l'histoire poignante à regarder absolument sur Netflix

10 boissons hydratantes pour remplacer l'eau cet été

10 choses que seules les filles aux cheveux longs comprendront

9 comptes Snapchat à suivre absolument

14 choses à faire pour garder son apparence fraîche durant toute la journée

10 situations que tous les marocains vivent pendant l'été