La Belgique retire le visa à une Marocaine après 11 jours dans un centre fermé

Par le 27 décembre 2021 à 21:31

 

Publicité

L’étudiante marocaine prévoyait de passer quelques jours avec son oncle en Belgique avant de se rendre en France pour passer les vacances de Noël et du Nouvel An avec son frère jumeau.

Ouiam Ziti, une étudiante marocaine a fait face  à des difficultés de voyage lors de son voyage prévu en Belgique et en France malgré la possession d’un visa Schengen.

Publicité

Étudiante en médecine dentaire en Roumanie, Ouiam Ziti a déclaré à la RTBF qu’elle avait voyagé de Roumanie en Belgique pour passer quelques jours avec son oncle avant de se rendre en France pour rejoindre son frère jumeau pour Noël et les vacances du Nouvel An.

L’étudiante marocaine a atterri à l’aéroport de Charleroi en provenance de Roumanie le 13 décembre. A son arrivée, elle a présenté son passeport marocain avec un visa Schengen, ainsi que son titre de séjour roumain.

Les autorités chargées des passeports ont toutefois décidé de ne pas la laisser accéder au territoire belge et l’ont interrogée pour ne pas avoir suffisamment d’argent sur soi.

« Je n’avais que 10 euros sur moi, mais j’avais ma carte bancaire française, alors j’ai proposé de me faire accompagner jusqu’à un point de retrait afin que je puisse prouver aux autorités que j’avais de quoi subvenir à mes besoins », a-t-elle déclaré.

Les autorités ont fait valoir que la loi exige que les voyageurs puissent disposer de 45 € par jour et par personne.

Après l’échange avec les douanes à l’aéroport, les autorités ont stipulé son expulsion vers la Roumanie.

Mais dans un premier temps, la Marocaine a dû passer 11 jours au centre de détention La Caricole à Steenokkerzeel avant son expulsion.

Ouiam Ziti a trouvé la procédure offensante contre quelqu’un qui avait l’intention de visiter le pays pendant quelques jours.

La Belgique retire le visa à une Marocaine après 11 jours dans un centre fermé, a-t-elle déclaré.

Le bureau des affaires étrangères de l’aéroport a affirmé que l’étudiant ne remplissait pas les conditions pour entrer en Belgique.

« Elle a un visa touristique délivré par la France. Le but de son séjour doit être en France. Cependant, elle a dit qu’elle avait l’intention de rester 22 jours en Belgique », a déclaré le bureau.

L’étudiante a cependant nié ces allégations, affirmant que son retour en Roumanie était prévu pour le 3 janvier.

« Je n’allais passer que 2-3 jours en Belgique. Ensuite, j’allais rejoindre mon frère en France.

Le cas de l’étudiante marocaine a fait la une des journaux internationaux, notamment dans les médias belges et français. Les autorités belges auraient également révoqué le visa Schengen de Ouiam Ziti .

Le journal belge La Libre a déclaré que « la jeune femme a passé les vacances de fin d’année seule sans ses proches ».

Ce qui inquiète l’étudiante marocaine, c’est la décision de la Belgique de retirer son visa Schengen.

« J’étudie dans une université roumaine. Je vais devoir faire des stages en France et en Belgique. Comment vais-je faire sans visa ? ».

L’étudiante a promis d’intenter une action en justice pour récupérer son visa Schengen.

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Quiz : Réponds à ces questions et on te dira ce que ta 3guouza penserait de toi

10 choses que vous ne saviez pas sur le Maroc

Parce que le train au Maroc est au-delà qu'un simple moyen de transport

13 raisons qui font que les filles adorent s'entourer d'amis garçons

La vie après les études en 13 points. Et ça ne donne pas envie !

6 prénoms les plus rares portés par des Marocains (2ème partie)

Vous rêvez de plages Thaïlandaises ? On a trouvé pareil au Maroc

Marketing : Ces 7 logos qui cachent des messages codés

14 camarades de classe que nous avons tous eus un jour

12 des phrases cultes des professeurs au lycée