fbpx

Les Tiznitiens ont enfin leur propre Creative Space qui séduit grâce à ces deux jeunes marocains

Par le 5 mai 2018 à 17:35

Débutant en Novembre dernier avec une campagne de financement, L’blend est un espace créatif où dans un cadre à l’effigie de la culture, surgit une unité de production. Ayant au départ un effectif fixe dont 30 participants sont membres, L’blend compte aujourd’hui 35 membres : un nombre qui risque d’augmenter devant une gent enthousiaste, juvénile et opiniâtre vis-à-vis d’un devoir artistique à noble dessein qui l’approuve d’entrée de jeu. Éclairage sur un concept 100% Moroccan au nom de l’Art, la Technologie et l’Entrepreneuriat, qui séduit d’emblée.

Publicité

La plateforme marocanisée de « The blend », qui vise le changement social enclin à la positivité et au développement, a vu dans la ville de Tiznit un terreau fertile pour manier son processus pragmatique issu d’un mindset réaliste et d’un brainstorming ingénieux. Primée comme étant une ville bardée d’histoire certes, mais marginalisée au pied de la lettre, Tiznit a toujours vu sa jeunesse dont la passion se tue à petit feu fuir vers de nouveaux horizons futuristes et prometteurs. Mais aujourd’hui, ces temps sont révolus, du moins avec « L’blend » qui veut dompter les talents cachés au cœur de la ville afin de les peaufiner, les encadrer et les promouvoir dans leur envol.

Publicité

Une mission à noble dessein

L’espace créatif « L’blend » a été conçu pour instaurer une nouvelle vague d’espoir au sein de la ville de Tiznit. Pour cause, la plateforme marocaine vise à installer une culture de créativité et de « co-working » afin de marquer la mentalité et l’idéologie des jeunes de la région qui baignent dans l’inactivité, le chômage et la décadence et ce, pour les inciter à fleurir à leurs bonnes personnes et à s’imposer dans la société marocaine.

Le positionnement que renferme la lexie « L’blend »

Pour la gouverne de tous, « L’blend » n’est pas un sigle hasardeux et encore moins un acronyme téméraire. La perspective qui s’y cache en dit long sur les projets de ce « mouvement » au profit de la jeunesse. « Blend » est un mot anglais signifiant « mélange ». Toujours avec une touche marocaine subtile, « L’blend » vient ajouter du poids au terme. Tout compte fait, L’blend est bel et bien un mélange, d’autant plus que ce projet est à la croisée des visées et à la charnière de l’Art, la Technologie et l’Entrepreneuriat au carrefour d’un changement social qui se dit colossal et purement cosmopolite.

Le processus fondateur

Ayant pour hymne phare « Exposer – Réfléchir – Produire », le projet revêt une facette qui se veut hybride avec, au total, deux sections principales de réforme :

  • L’espace créatif

Un espace dédié aux possibilités et aux opportunités. C’est la rencontre qui mêle un peu de tout au service de la créativité et de l’inspiration.

  • L’espace de travail en commun – Co-working

Un espace qui nantit un environnement sain de travail en commun pour une meilleure productivité et cela au profit des « freelancers », des travailleurs indépendants, des associations en recherche d’espaces sans démarches bureaucratiques et des entrepreneurs.

La problématique en chiffres concrets

Avant l’inauguration du Creative Space « L’blend », c’est une problématique pionnière au Maroc et précisément à Tiznit qui a soulevé ce cataclysme fort en responsabilité et fidèle au sens du devoir à l’égard de la patrie. Ce dilemme perpétuel que connaît le pays, et la région également, puise ses racines dans des statistiques douteuses qui courbent l’échine de toute Marocaine et de tout Marocain lambda :

35 000 000 est la taille de la population marocaine, 1 685 000 est le nombre de la population inactive, 207 000 est le nombre d’habitants à Tiznit et pas moins de 10 350 de jeunes de la région susdite sont inactifs !

Une vision futuriste et un projet étudié de près

Afin que l’impact soit absolu et efficace comme attendu, le projet s’initie par une location d’un espace niché au cœur de l’ancienne médina de Tiznit. Les rénovations et l’ameublement sont en cours de réalisation grâce à des partenaires dont figure la Fondation Touria & Abdelaziz Tazi  « l’Uzine » ainsi que la société « Genious Communications » ayant offert un service d’hébergement pour le Site Web officiel de L’blend. En plus des denrées financières, les fondateurs de L’blend mettent en emphase l’énergie positive qu’ils émanent.

Focus sur les fondateurs

« L’blend » a été fondé par deux jeunes Marocains dont la vision est purement moderniste et optimiste. Youness Idihoum, 20 ans, responsable du contenu digital du Salon Apollo des Arts et ancien participant à l’Uconn SUSI 2017 et Aimane Idhajji, 22 ans, fondateur du Salon Apollo des Arts et ancien participant à l’YVLP 2016 ont tous les deux dompté le besoin de la jeunesse à Tiznit et ont prouvé leur intérêt et leur opiniâtreté à aller de l’avant. Une idée, un concept et une armada de principes dès lors établis et à l’heure qu’il est, concrétisés vis-à-vis d’un projet contemporain dédié à la jeunesse Marocaine.

Une initiative qui, sans l’ombre d’un doute, aura une influence positive sans commune mesure. Nous croisons les doigts pour un Maroc meilleur, pour une jeunesse promue au mérite et une mentalité consciente et active au sein de la société.

Best of Luck L’blend Team ! 

Dionysiaque et apollinienne, je suis une éternelle passionnée de littérature, une patriote dans l'âme et un esprit avide de connaissance. Je me ferai un plaisir de cerner votre curiosité en vous associant à mon petit monde, toujours en quête du meilleur pour vous.

Publicité

Les indémodables

Photographie : Ces clichés surréalistes de Achraf Baznani

10 bons souvenirs que tu gardes du lycée

Quiz : Quel humoriste marocain es-tu ?

17 choses que seuls les gens qui aiment l'hiver comprendront

Beauté : Les 10 Youtubeuses marocaines à suivre absolument

Mode d'emploi : Comment énerver un chel7

11 choses que l'on apprend vraiment à l'université

Bouffe Vs Sport : Quelle activité pour quel plat ?

7 idées très utiles pour tous les étudiants

8 rituels d’une fille marocaine après son retour du boulot