fbpx

Mawazine 2018 : Martin Garrix était parmi nous vendredi soir… et Avicii également

Par le 24 juin 2018 à 11:20

Day 1 du festival Mawazine, le deuxième plus grand événement culturel au monde est de retour, pour le plus grand bonheur des fans marocains. Pour cette première soirée sur la scène de l’OLM SOUISSI, Martin Garrix a mis le feu à Rabat. Pour ceux qui n’ont pas pu y assister, voici ce que vous avez raté.

Publicité

1. Une ambiance à la Ibiza

Rien de mieux qu’un concert de Martin Garrix pour se défouler comme jamais.

Publicité

2. Un public venu en nombre pour assister à un set des plus fous

Avec un monde pareil, tu as probablement raté l’occasion de rencontrer l’homme/la femme de ta vie.

3. Des effets spéciaux impressionnants  pour rendre cette nuit encore plus magique

Au rendez-vous : Feux d’artifices, flammes, Confettis…

4. Un showman qui met le feu sur scène

Surpris par l’atmosphère festive du Maroc, Martin Garrix s’est déchainé et a de nombreuses fois interagi avec le public.

5. L’hommage de très grande classe à Avicii

3 ans en arrière, Avicii était à la place de Martin Garrix. Pour lui rendre hommage, le DJ du soir a repris I’ll be waiting for love.

6. Martin Garrix a rejoué en live tous ses meilleurs hits

Scared to be lonely, Animals, Like I do, Forever, In the name of love, So Far Away…

7. Enfin, on a croisé le sosie de Mohamed Salah

Si la fédération égyptienne de football le cherche, dites-leur qu’il se trouve à Mawazine.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Quand les logos de marques marocaines prennent les couleurs de leurs concurrents

8 choses qui vont te faire aimer cette rentrée 2016

7 erreurs à ne pas commettre lors d'un premier rendez-vous

10 choses que tu fais avant de partir en vacances à l’étranger

6 bonnes raisons d'aller voir (et revoir) House of Gucci

10 des meilleurs souvenirs qu'on a de l'université marocaine

13 métiers que nos grands-parents ne comprennent pas

Mon beau Maroc : À la découverte d'Assilah, la cité des artistes

2020 a été une année éprouvante pour la communauté LGBTQI+ au Maroc, selon le rapport "Loubya fi zamane corona"

Top 5 des pires allergies que l'on ne souhaiterait même pas à son pire ennemi