Murray Head : « Jouer au Maroc est un privilège… un cadeau »

Par le 11 avril 2017 à 15:49

Ce matin, nous avons rencontré pour vous Murray Head au Grand Mogador de Casablanca pour une conférence de presse avant son concert prévu ce soir au Festival Jazzablanca, et pour le coup, autant vous dire que ce dernier promet d’être EXCEPTIONNEL : « Mes musiciens sont expérimentés, connus, on est là pour la banane » a lancé la star internationale.

Publicité

Fascinant, d’une élégance sans pareille, Murray Head dégage de la passion à son paroxysme. Son histoire d’amour avec le Maroc remonte à bien longtemps, c’est ici qu’il a pris goût pour l’art oriental. Eternel amoureux de Taroudant pour son authenticité,  son côté traditionnel, agriculteur et fermier, il est aussi fin connaisseur des autres petites perles marocaines telles que Marrakech, Agadir, Essaouira, Tanger ou Tétouan. Se produire à Casablanca est, selon lui, « un privilège… un cadeau ».

Publicité

Murray Head n’a qu’une hâte, celle de rencontrer son public marocain. Il n’a jamais fait de la musique pour l’argent mais pour toute cette joie qu’il donne et reçoit en retour une fois en concert, « la meilleure chose serait de mourir sur scène » a t-il dit.

D’une personnalité imposante et d’une sagesse impressionnante, Murray Head nous a laissés sans mots.

Amatrice d'humour, Éternelle Rêveuse, Amoureuse d'Art et de Littérature. Ex-Etudiante en école de commerce à Paris, Lover, Bonne vivante et patiente quand il s'agit de prendre la photo idéale pour Instagram!

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Quiz : Es-tu un vrai R'bati ?

Pourquoi My Hero Academia est l'un des meilleurs mangas de ces dernières années ?

26 lois complètement loufoques à travers le monde

5 raisons pour réussir ses examens de fin d'année

18 situations qui ne plaisent pas aux personnes petites de taille

L'automne en toute sa splendeur autour du monde

8 types de Marocains que l’on rencontre dans le train

7 signes que vous avez dépassé la vingtaine

Ces tendances de mode des années 2000 qu'on préfère oublier...

Qu'est ce que le syndrome du visage vide, nouveau trouble du COVID ?