Qui a dit que porter une barbe était réservé aux hommes ?

Par le 21 février 2014 à 19:46

Les poils, l’un des ennemis majeurs de la gent féminine ou parfois leur allié contre les pervers et autres hommes aux intentions corrompues, font encore parler d’eux. Le nom de Harnaam Kaur fait trembler certains stéréotypes, surtout en cette période de débat au sujet de la « théorie du genre » en France. En effet, cette jeune fille de 23 ans brave certaines « normes » à cause du syndrome des ovaires polykystiques dont l’un des aspects cliniques est l’hirsutisme.

femmebarbe2

Il est clair que l’on n’a pas l’habitude de voir ce  genre de femmes. C’est entre autre pour cette raison que cette anglaise a beaucoup souffert. Elle n’a pas trouvé de moyen pour cacher sa pilosité et, se sentant monstrueuse, s’enfermait chez elle. Mais grâce au soutien de son frère et d’une amie, elle a appris à s’assumer face aux regards horrifiés des gens. S’ajoute à cela le Sikhisme, sa religion, qui appelle à l’acceptation du corps.

femmebarbefrere

D’ailleurs de nos jours, le culte de l’image prend des proportions exagérées. Harnaam Kaur devrait être un modèle pour tous ceux qui s’infligent privation de nourriture, injections de produits dits miracle, martyrisation de leurs corps à coups de scalpels sans en avoir réellement besoin. Harnaam Kaur, quant à elle, a choisi de s’accepter, de s’aimer et de s’assumer.

Elle nous en parle:

20 ans. Je suis étudiante en Computer Science et Business. J'aime être intriguée.

Les indémodables

Top 10 des jeux mobile les plus insolites

Les 5 plus grands mythes de la technologie

Les 18 parcs aquatiques les plus amusants au monde

11 clichés qui prouvent que vous êtes un vrai Marocain

9 situations qui te font sentir vieux, très vieux

Le 9erray de la classe, cette légende qui continue à nous hanter

Ces 7 résolutions que l'on se fait à chaque rentrée

30 choses que tu dois absolument faire avant d’avoir 30 ans

13 situations que tu vis quand tu es au chômage

Le Maroc c’est…