Scandale : Prestigia Plage des Nations Vs Douar Sbita en 8 points

Rania Sawas

Par le 9 février 2017 à 15:14

Le projet Plage des Nations a débuté il y a quelques années déjà à Sidi Bouknadel, à une vingtaine de minutes en voiture de la capitale. Un Golf, des Villas et des Résidences autour de piscines sur la Plage, c’est la promesse de Prestigia pour ses prospects.

Si les trois-quarts du projet sont aujourd’hui réalisés et que « Les Résidences Plage des Nations » sont entrés dans le vocabulaire courant des Rbatis/Knitris/Casaouis, un large scandale existe depuis le lancement du projet, un scandale dont très peu ont entendu parler : les habitants de Ouled Sbita se font accaparer leurs terres.

Une page Facebook a été créée en soutien à cette population « We stand with Douar Sbita« .

On vous explique l’affaire en 8 points :

1. Prestigia, la filiale « luxe » d’Addoha, a officiellement acheté 355 hectares de terre à Sidi Bouknadel pour son projet

2. Le site Internet d’Addoha parle d’un projet s’étalant sur « 500 » hectares
3. Ce sont 6000 familles qui vivent sur les 145 hectares « manquants »

4. Ces terres sont leur unique source de revenus, au delà d’abriter leurs maisons

5. Des représentants (auto)désignés ont vendu les terres à des prix dérisoires (50 dhs/m carré), sans leur accord

Officiellement, ce sont des terres « rurales » qui appartiennent à l’Etat. Ces terres sont vendues à des prix dérisoires aux grands promoteurs immobiliers pour encourager le développement et la modernité d’une zone… mais à quel prix ?

6. Seuls les hommes-chefs de familles ont été payés

Les femmes et les jeunes hommes n’ont rien touché, ils manifestent régulièrement.

7. Les familles ont reçu un ordre d’expulsion, elles ont jusqu’au 15 février pour partir

8. Des familles se font donc expulsées en toute légalité, les manifestations visent à abroger cette loi qui date de l’époque coloniale

En 1919, une loi issue de l’administration coloniale française réorganise les territoires ruraux et les met sous contrôle du Ministère de l’Intérieur, les retirant ainsi des mains des « tribus » rurales.

En 2004, l’Etat a décidé de vendre une partie de ces terres à des investisseurs privés en échange de sommes ridicules, mais surtout, en ne prévoyant aucun plan pour les habitants des zones concernées.

Rania Sawas

Libanaise, Marocaine et actuellement Parisienne, c'est avec un regard sarcastique et par moment critique que je tâcherai de welovebuzzer

Les indémodables

5 raisons pour réussir ses examens de fin d'année

7 snaps qu'on vous demande de ne plus nous envoyer

13 moments (très) drôles où les plus âgés ont utilisé la technologie

Mon beau Maroc : À la découverte d'Al Hoceïma

10 choses qui prouvent qu'au fond, on est tous pareils

10 situations inévitables pendant la préparation d'un exposé

10 choses qui vous rappelleront votre enfance marocaine

10 réponses possibles à la phrase 'Imta nfer7o bik ?'

12 jeunes hommes marocains nous révèlent ce qui les attire chez une femme

Quiz : À quel point es-tu R'bati ?