fbpx

Une centaine de marocaines se sont faites escroquer par un Turc qui leur promettait « un mari »…

Par le 20 janvier 2020 à 13:48 - 575 réactions

L’histoire est à dormir debout ! 600 femmes dont une centaine de marocaines sont tombées dans les filets d’un turc qui leur a promis de leur trouver un mari turc.

Publicité

Oui, vous l’avez bien lu ! L’annonce a été faite par la presse turc citée par nos médias locaux.  Un escroc vient d’être arrêté en Turquie pour avoir fait des centaines de victimes dont des marocaines en leur promettant un beau jeune mari turc. La contrepartie ? De l’argent… De grosses sommes d’argent. Une nouvelle qui a fait jaser la toile.

Publicité

Les mêmes sources ajoutent qu’elles sont 600 femmes, dont des marocaines, à avoir été prises au piège de cet escroc, ayant la cinquantaine, et qui se prénomme Mustafa Şimşek, et elles ont payé 50.000 dirhams afin de se trouver un mari.

Et ce n’est pas tout…

Des hommes turcs très âgés auraient également payé le mis en cause afin de leur trouver des femmes marocaines. Selon les mêmes sources, Ils auraient déposé 90.000 dirhams afin de les épouser.

L’escroc a même fait ses déclarations en pleine émission avant d’être arrêté par les autorités qui ont pris ses propos pour des aveux.

 

Journaliste et animatrice. Mon métier est ma passion... Âme rêveuse et joyeuse, mon bonheur ? Les animaux.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Si tu as fait 14 de ces 18 choses tu es un(e) vrai(e) patriote des temps modernes

17 clichés qui montrent à quel point on est addicts à nos téléphones

Quiz : Es-tu un vrai Rajaoui ?

10 choses qui t'arrivent quand tu voyages à l'étranger pour la première fois

Voici les 5 vidéos les plus visionnées de tous les temps sur YouTube

Omar Arojor, cet artiste peintre marocain "incognito" au visage masqué

14 photos qui prouvent que la différence fait la beauté

Découvrez les conseils des twittos les plus loufoques pour réussir sa lettre de motivation

Les 15 types de personnes que tu rencontres après le ftour

”Kayna” avait tout son sens pendant ces moments où on ne savait pas quoi dire