Une firme américaine est poursuivie en justice pour piratage de mangas

Par le 1 février 2022 à 14:04

L’entreprise américaine Cloudflare est accusée d’héberger des serveurs de sites proposant des mangas piratés, un phénomène mondial en très forte augmentation depuis la pandémie. Rapporte BFMTV.

Publicité

Quatre grandes maisons d’édition japonaises de mangas ont annoncé lundi qu’elles allaient poursuivre en justice une entreprise américaine qu’elles accusent d’héberger des serveurs de sites proposant leurs œuvres piratées, un phénomène mondial en très forte augmentation depuis la pandémie.
Leur plainte devrait être déposée cette semaine devant un tribunal à Tokyo, a déclaré à l’AFP un porte-parole de Kodansha. Cette maison d’édition nippone et trois autres – Shueisha, Shogakukan et Kadokawa – accusent l’américain Cloudflare de violation de propriété intellectuelle en tant qu’hébergeur de sites proposant des mangas piratés.
L’un de ces sites distribue 4.000 mangas piratés et enregistre 300 millions de vues par mois, selon une source proche du dossier. Les quatre plaignants vont réclamer au total 400 millions de yens (3,1 millions d’euros) de dommages-intérêts à Cloudflare, selon cette même source.
Un montant très symbolique, tant le piratage de mangas sur internet est devenu massif, ayant entraîné un manque à gagner d’au moins 780 milliards de yens (6 milliards d’euros) sur la période janvier-octobre 2021 pour les éditeurs nippons, selon des estimations le mois dernier d’ABJ, une organisation de défense de leur propriété intellectuelle. C’est près de quatre fois plus que le manque à gagner estimé pour l’année 2020, et c’est aussi un montant supérieur aux ventes légales de mangas au Japon l’an dernier.
« Tous les profits réalisés par ces sites pirates vont directement à leurs opérateurs illégaux, ne laissant rien aux librairies, aux éditeurs et aux auteurs de mangas qui consacrent leurs vies à créer ces oeuvres », a dénoncé le porte-parole de Kodansha interrogé par l’AFP. « Nous devons mettre un terme aux sites pirates afin de protéger la culture japonaise du manga », a-t-il encore insisté.
Sollicité lundi par l’AFP, Cloudflare n’était pas joignable dans l’immédiat pour réagir aux accusations le concernant au Japon. Mais ce n’est pas la première fois que cette entreprise est dans le collimateur de l’industrie du manga: en 2019, les mêmes quatre grands éditeurs nippons avaient conclu un accord à l’amiable avec elle après un engagement de celle-ci à cesser de fournir ses services à un site pirate.

Publicité

Persévérante, réservée et solitaire. Beaucoup d’échecs ont fait que je ne croyais plus en moi, mais je ne me suis jamais résignée, car la vie c’est des montagnes russes et les échecs deviennent avec le temps une source de motivation.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

10 phrases qui donnent envie de coller une claque à la personne devant vous

7 choses qu’on faisait avant le wifi au travail

7 choses que vous ne savez pas sur Badr Hari

Maroc, dans quels domaines te démarques-tu ?

12 raisons de croire encore au foot marocain

5 conseils pour prendre soin de sa santé mentale en étant semi-confinés

Comment reconnaître la période des élections communales au Maroc ?

Ces 12 choses que vous ne faites qu'avec votre meilleure amie

Ces artistes marocains qui cartonnent à l'étranger

15 signes qui font de toi un perfectionniste par excellence