8 stéréotypes sur les étudiants en économie

Kenza Soulaymani

Par

Jusque là, on s’est mis à dos les étudiants en droit , les étudiants en médecine et les étudiants en marketing. La série continue avec une autre catégorie d’étudiants qui, disons le, sont les plus nombreux. Nous vous rappelons que ce ne sont que des stéréotypes. Alors, sans rancune les amis.

Pour vous, 8 clichés qui se disent sur les appentis économistes.

1. Ils font tout le temps la fête. TOUT LE TEMPS

giphy (2)

Et on mesure nos propos.

2. Ils sont avares 

gallery_1435830592-bitchbetter

Plus avares qu’Harpagon dans l’avare de Molière.

3. Ils ont un ego surdimensionné

tumblr_mceu6fy8n41rxa4z0

Ils se voient déjà à la tête d’une multinationale.

4. Leurs profs de math les prennent souvent pour des incapables  

anigif_enhanced-5966-1412268032-5

5. Ils ne comprennent rien au fonctionnement de la bourse 

So-Stupid

Bon, ils font l’effort quand même.

6. Ils contredisent tout le monde et n’importe qui 

im-never-wrong-always-right-gif

Aller à l’encontre des idées de leur interlocuteur est leur mission principale.

7. Ils achètent tous le quotidien « l’économiste » sans jamais le lire 

4734875-7073613

Jusqu’à quand les gars, JUSQU’À QUAND???

8. 60% d’entre eux ont choisi l’économie parce qu’il étaient pommés au bac 

tumblr_n0hexfMOBR1qkq4j4o1_500

20% pour avoir du travail plus tard.  Les 20% restant, suivent le troupeau leurs amis.

Kenza Soulaymani

Journaliste et Social Media Manager chez Welovebuzz.

Les indémodables

9 signes qui prouvent que tu es quelqu'un de responsable

10 choses que tu fais quand tu es une personne avec un dirty mind

7 galères que vit toute fille qui se maquille

13 mauvaises choses qui nous empêchent d'être une bonne personne

10 fois où les Français auraient dû arrêter le français

10 choses que seules les personnes qui ont peur du tonnerre comprendront

Beauté : Les 10 Youtubeuses marocaines à suivre absolument

Voici comment reconnaître un '7amed'

9 femmes marocaines à qui on aimerait dire 'nti m3elma'

8 raisons qui font que le Marocain n’est pas prêt de quitter le cocon familial