fbpx

Avez-vous perçu les signes d’innocence arborés par Saad Lamjarred dans ‘Ghazali’ ?

Avatar

Par le 13 mars 2018 à 20:11

Ceci est un article d’opinion. Il n’engage que la responsabilité de son auteur et ne reflète pas l’orientation ou le point de vue du site.

Publicité

On en convient tous, le dernier son de Saad Lamjarrad, sorti le 9 mars en grandes pompes a bien fait jaser la toile. En critiques ou en commentaires flatteurs, cela n’a nullement empêché le clip d’amasser plus de 15 millions de vues et d’être classé numéro 1 des tendances Youtube dans 5 différents pays et ce, en moins d’une semaine. Carton plein et franc succès, disons-le, pour le chanteur marocain qui arrive à se maintenir en haut du podium malgré les péripéties scandaleuses et les contraintes pénales ayant secoué sa vie ces derniers mois.

Publicité

Le teasing a commencé il y a une semaine déjà. Toute la sphère musicale et médiatique parle de « Ghazali », le dernier morceau de Saad Lamjarred. Les personnalités publiques du pays s’y mettent également en partageant presque simultanément la couverture du single accompagnée de sympathiques commentaires d’encouragement. Une curiosité naturelle s’installe en nous et nous n’avons qu’une hâte, découvrir « Ghazali » qui résonne d’emblée comme un tube.

La chanson est plutôt rythmique. Sur fond de musique électro et d’un « clap-clap » gnaoui, le chanteur y rajoute des sonorités afro-beats accompagnées d’une « de9a merrakchia » qu’on reconnait en sourdine. Pour ce qui est des paroles, Saad Lamjarred opte pour un langage compréhensible, familier et pénétrant en restant, bien-sûr, fidèle au dialecte marocain, un chouette mélange qui se marie harmonieusement bien. Lamjarrad continue à s’épanouir dans sa zone de confort et ça lui réussit plutôt bien.

Venons-en au clip vidéo. En le visionnant avec un peu de recul, il y a bien des messages qui captivent notre attention. Des signes volontairement laissés par Saad Lamjarrad qui font presque office d’une déclaration officielle, laquelle on n’a jamais eu droit jusqu’à présent…

D’abord, la présence symbolique de Michael Jackson qui est loin d’être un choix aléatoire. Comme vous le savez, la star de la pop fut plusieurs fois accusée pour pédophilie. Des accusations qui ne se sont jamais confirmées et qui divisent jusqu’à maintenant l’opinion publique. Par la présence de son personnage dans le clip, Saad Lamjarrad souhaite peut-être nous montrer que tout comme Micheal Jackson, les accusations à son encontre n’affecteront pas sa carrière et qu’il continuera à briller de mille feux.

Plus on avance dans le clip plus l’aveu se profile. La séquence de la fille dans le couloir est pleine de connotations. C’est peut-être ça l’aveu. Se serait-il fait avoir par une tentation diabolique véhiculée par une fille satanique ? Que savons-nous ? En tout cas, la scène fait penser à cette fameuse nuit où le chanteur aurait sexuellement agressé Laura Prioul, une jeune française de 22 ans.

Lamjarad semble vouloir redorer son blason. Les fleurs du mal l’ont assez malmené et il y a laissé des plumes. Pour les stars, rien ne se fait sous cap. Saad opte pour la transparence et il semble la réussir à travers l’image. Derrière les tentacules séductrices il y a le gouffre. « Je ne suis pas infaillible et personne ne l’est » semble t-il vouloir nous montrer dans la pellicule.

Avatar

Journaliste et Social Media Manager chez Welovebuzz.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

On a testé pour vous : Le Just Burger Casablanca, voici ce qu'on en pense

19 trucs à faire quand tu te sens seul(e)

8 rituels d’une fille marocaine après son retour du boulot

Pourquoi My Hero Academia est l'un des meilleurs mangas de ces dernières années ?

11 choses que ta coloc fait et que tu détestes

Ramadan 2018 : Des ftours à Marrakech pour toutes les bourses... et toutes les envies

Voici pourquoi toute jeune fille marocaine a déjà eu des envies meurtrières chez son coiffeur

10 choses que les gens font et que tu détestes mais que tu fais quand même

Tu sais que tu n'es pas une personne du matin, ni un(e) couche-tard, quand...

10 trucs qu'on a tous faits en tant qu'étudiant(e)s