fbpx

Le PJDiste El Mokrie Idrissi Abouzaid jette des pierres sur ‘l’élite francophone’ marocaine

Rhita

Par le 24 novembre 2017 à 12:06

Il n’est pas rare que l’universitaire El Mokrie Abouzaid fasse parler de lui. Cette fois, le député du PJD a proféré certains propos à l’encontre de ce qu’il a appelé « l’élite francophone » marocaine, qui n’a laissé personne indifférent.

Lors de l’ouverture de la saison scientifique du CMES, il a affirmé que l’élite en question écartait de nombreuses catégories du peuple dans le but de s’approprier les meilleurs postes.

Selon ses dires, la minorité francophone profite de la non ou mauvaise maîtrise de la langue française par la majorité restante pour prendre les places qui leur reviennent de droit en entreprise ou à l’école. Aussi, aurait-il avancé que les francophones n’étaient pas si intelligents et qu’ils avaient pour seul et unique mérite de parler couramment français.

Son regret ? Que les Marocains dits « ayyouha ennass » flambent dans les matières scientifiques, mais qu’ils se voient recaler à cause de leur non-maîtrise de la langue. Pour lui, la société est éprise de l’idée que la langue française est synonyme de réussite tandis que la langue arabe est synonyme d’échec.

Les propos émis par le député du PDJ ne devraient pas tarder à faire réagir ladite « élite francophone ».

Rhita

Amoureuse de la rédaction depuis mon plus jeune âge, je mets ma plume à votre disposition pour vous apporter le meilleur du net.

Les indémodables

Quiz : Quel ami es-tu dans une bande de potes ?

10 musiques idéales pour un road trip parfait

17 clichés qui montrent à quel point on est addicts à nos téléphones

La preuve en photos que vos parents avaient beaucoup de style

13 bonnes raisons de rester célibataire quand tu as 20-25 ans

15 différents types de relations entre meilleurs amis

5 objets connectés pour vous protéger de la canicule

6 choses que le Marocain fait avec son sweatshirt préféré

8 fausses idées que tout le monde se faisait sur la vie d'adulte

Mon beau Maroc : Marrakech, l'autre visage de la Las-Vegas arabe