fbpx

Mode d’emploi : Comment énerver un Massaoui ?

Par

Le Maghreb Association Sportive (MAS) est un des clubs les plus historiques du royaume. Fondé en 1946 par des nationalistes marocains résistant à la présence française. Après avoir connu la gloire, ce club mange aujourd’hui son pain noir, au grand dam de ses fidèles supporters. Voici en 8 points le mode d’emploi pour les énerver.

Publicité

1. Lui parler du nom du club « MAS », ça ne s’invente pas

2. Lui rappeler qu’il y a plus de Massaouis à Casablanca qu’à Fès

Publicité

3. Rappeler que MAS aujourd’hui, c’est synonyme de « douziame siri »

Remarque : pour les rivaux IZK et Codem, ce n’est pas bien mieux.

4. Lui faire constater qu’aujourd’hui le WAF et le MAS jouent dans la même division

Le WAF est même mieux classé après 12 journées de Botola 2.

5. Lui parler de son passé glorieux, mais de son présent lamentable

Et son avenir plus qu’incertain.

6. « 3lach l’car majach men Fès ? »

Même quand les bidaouis se chamaillent, le massaoui trinque. Pauvre chou.

7. Dalton taulard ou Maya l’abeille ? On n’a pas encore choisi

Qui a choisi ces couleurs immondes, sérieusement ?

8. Lui faire remarquer que le stade est toujours vide

Sauf une fois.

Omar Bennani

Je suis passionné de nutrition et de gastronomie marocaine. Mon combat est de faire reconnaître que les deux sont complémentaires. Je suis également passionné de voyage et de découvertes, mais on dit que la plus belle chose à offrir au monde c'est soi. Alors j'aime les traditions et voue un culte déraisonné pour celles de notre pays.

Publicité

Les indémodables

À quoi ressemblent les robes de mariées traditionnelles à travers 25 pays ?

Tu sais que tu as grandi au Maroc si tu as mangé 16 de ces 19 plats

Les 10 prises aériennes les plus incroyables

10 bonnes raisons de ne pas sortir avec un sportif

7 plats super bizarres typiquement étudiants marocains

13 choses que les gens qui aiment la lecture détestent

7 preuves que les Marocains et la drague font deux

10 choses qu'une fille se dit avant de se couper les cheveux

Le compagnon éternel du Marocain n'est autre que ce personnage à rôle secondaire dont on ne parle pas assez

Découverte : Pietro Sedda, l'italien aux tatouages surréalistes