[Portrait] OumKaltoum Harati : La première marocaine à présenter en anglais une thèse en médecine

Par le 8 novembre 2018 à 17:24

Âgée de 28 ans, OumKaltoum Harati est devenue la première personne au Maroc à rédiger et présenter publiquement sa thèse de doctorat en médecine en anglais.  

Une première au Maroc… 

Elle a fait parler d’elle grâce à sa thèse de soutenance, mais elle est pourtant une des femmes qui se battent pour marquer la société, tout en se focalisant sur ses propres rêves et objectifs.

Un parcours enrichissant

Née à Rabat et originaire d’Essaouira, cette jeune femme est un docteur et une grande passionnée par l’apprentissage et la science. Pourtant, il y a quelques années de là, elle ne rêvait pas de devenir médecin, mais le destin aurait voulu qu’elle tombe amoureuse de ce métier tant désiré par sa mère, grâce à sa volonté d’aider les gens et de servir l’humanité.

Le parcours de OumKaltoum Harati n’a pas été facile, mais sa détermination à maîtriser l’anglais s’est avérée plus ambitieuse que ses défis. Après son Baccalauréat, OumKaltoum, avait réussi plusieurs examens pour choisir la médecine, un parcours très sollicité, pour se retrouver actuellement dans un processus d’intégration au Canada en faisant des formations et en passant des examens de l’ordre des médecins afin de pratiquer au Canada et d’avoir plus d’expertise pour mieux traiter ses patients.

Un chemin qu’elle songe à parcourir après avoir marqué la société en rédigeant sa thèse de médecine et en la présentant le 28 septembre. L’un des plus grands défi qu’elle aurait dû surmonter surtout après avoir choisi un sujet très complexe réalisé en trois ans. Sa thèse publiable dans les universités étrangères, portait sur une étude statistique rétrospective de 100 patients avec des résultats et des recommandations.

L’idée de la rédiger en anglais était une façon pour moi de sortir d’une zone de confort et travailler sur soi-même afin de maîtriser la langue savante. Je savais que c’était le moment précis afin de briser mes difficultés en anglais et j’ai pris ce défi en main en disant que j’irais jusqu’au bout . Aujourd’hui, je ferai ce que les autres ne font pas. Pour que demain, je puisse faire ce que les autres ne pourront pas. – OumKaltoum Harati
La rédaction, une autre passion

La médecine nécessite beaucoup de patience et de temps, mais OumKaltoum semble bien gérer sa vie. Entre profession et passion, mais aussi sa vie de femme épouse. Elle est rédactrice d’articles de santé et d’hygiène et présentatrice radio d’une émission de santé. Une occasion pour elle de partager sa passion pour le métier et d’avoir un réel impact dans le domaine de la santé, d’inspirer les gens et de réaliser un changement positif pour l’humanité.

Une femme qui fait évoluer les mentalités

En plus de sa soif de partage et d’aide, OumKaltoum semble décidée de franchir le pas en tombant sous le charme des activités riches en émotions afin de balayer avec bonheur les mentalités. La jeune femme a une ceinture noire en viet-vo-dao ainsi qu’une ceinture rouge en Taekwondo. Ce qui ne l’empêche pas de pratiquer également le cross-fit ainsi que l’aérobic, des expériences qui permettent d’avoir davantage des capacités d’action afin de faire face aux aléas de la vie. Et ce n’est pas tout ! OumKaltoum est également passionnée de danse. Elle pratique différentes danses, entre autre, indienne, orientale, africaine, Hip hop et même le Chaâbi.

Alors Mesdames, qui a dit qu’il fallait se focaliser sur une seule passion ? 

Une vraie fierté pour le Maroc ! 

Passionnée de journalisme, parfois obsessionnelle... L'écriture ? Un pur amour. Le partage ? Un pur plaisir..

Les indémodables

15 villes Marocaines décryptées en infographie

9 choses qu'ont déjà entendues les personnes de grande taille

Quiz : Dis-nous, es-tu digne de confiance ?

8 trucs chiants qui ne peuvent nous arriver qu'au cinéma

Images : Les princesses Disney en mode Bollywood

15 choses que les filles devraient poursuivre au lieu d'un mec

20 choses qu'une fille doit faire avant de mourir

Quand la beauté transcende les âges, les cultures et les religions...

Nous avons tous un pote 'm7eye7', voici comment le reconnaître

8 stéréotypes sur les étudiants en Marketing