fbpx

Pourquoi le Marocain, à partir d’un certain âge, n’arrive-t-il plus à communiquer avec ses parents ?

Par le 22 janvier 2018 à 14:16 - 174 réactions

Publicité

Le téléphone vibre sur la table, il a perdu la voix depuis longtemps lui, souvent passé en mode vibreur ou silencieux. Sur l’écran, Maman. Je décroche :

« Oui allô ? .. labas wnti ? .. Ok .. Wakha .. Ok .. D’accord .. Wakha .. Bisou bye. »

Publicité

Ceci est un scénario tout à fait réel, de conversations menées quotidiennement par des centaines de jeunes marocains avec leurs mamans. La discussion semble normale, habituelle et ne choque personne et pourtant…

Quelques années auparavant, avant le départ de certains pour des études loin du cocon familial, ou un emploi à quelques centaines de kilomètres de leurs villes natales, ils pouvaient se vanter de pouvoir converser des après-midis entiers avec leurs parents ; jusqu’à ce qu’avec le temps, la discussion soit réduite à un simple protocole routinier, que l’on effectue pour garder contact.

Je l’avoue, ce n’est pas là un cas propre aux Marocains et ce détachement des parents est malheureusement commun à tous les jeunes partout dans le monde. Mais ce qui fait la particularité, et surtout la beauté de notre culture, c’est ce modèle de famille nombreuse qui reste soudée et qui ne rate pas une occasion pour se rassembler autour d’un berrad de thé et balancer des ragots et des potins à tord et à travers. Sauf que notre génération n’a pas pu, ou su, et garder son authenticité et s’adapter au changement brusque qu’a connu le monde en si peu de temps.

Très jeunes, nous avons découvert Internet et depuis, le gouffre entre nos parents et nous s’est enfoncé. Ce qui semblait tabou et hchouma à nos géniteurs fait partie des scènes auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement, nos problèmes ont changé et nos parents nous semblent de moins en moins capables de les résoudre. Nous avons dominé la technologie, ou peut-être nous sommes devenus à sa merci, alors qu’ils en sont encore (relativement) protégés. Pourtant, malgré cela, nous sommes restés fidèles à ces rôles de parents/enfants, où les premiers feignent l’autorité et les seconds se proclament rebelles, mais rares sont ceux qui se détachent des codes sociaux et essayent de comprendre ce changement, d’y adhérer et de casser les barrières qui se sont renforcées petit-à-petit.

Le Marocain a peut-être envie de partager plus de choses avec ses parents, de prolonger ces appels téléphoniques de quelques minutes supplémentaires, de profiter à fond de la chance d’avoir encore ses parents à ses côtés et de pouvoir leur parler librement. Mais ce n’est pas toujours facile et cette pudeur des sentiments qui grandit en nous, qui empêche que l’on dise « je t’aime » à son père ou à sa mère, qui nous oblige à transformer un « papa, maman » en « lwalid, lwalida », ralliée à un manque de points communs entre nos deux générations, fait que l’on se sent contraints à raccrocher plus rapidement.

Je suis une magicienne des temps modernes. Entre mon métier et ma passion, chaque jour je crée des choses par la seule force de mon esprit.

Publicité

Publicité

Publicité

Les indémodables

Voici à quoi t'attendre réellement si tu décides de faire médecine au Maroc

Vintage : Si Instagram existait au temps de Windows 95

Plongez dans la série Bab El Bahr, un bon thriller marocain à découvrir ce Ramadan

Voici pourquoi les Marocains regardent la télé-réalité

En Images : Toutes ces fois où Feu Hassan II a prouvé qu'il avait du style

Papa, maman, ne me parlez plus de mariage

Voici les 25 employeurs qui intéressent les étudiants marocains de l'étranger !

15 choses auxquelles tu penses après un bon couscous

Implorer Dieu, la solution au chômage selon Abdelilah Benkirane

10 activités que tout jeune Marocain devrait essayer au moins une fois dans sa vie